💡 Ceci est la newsletter du 03/05/22. Pour recevoir les prochaines éditions, cliquez ici.

Sommaire

Temps de lecture : 2 minutes

Cette semaine, ça va chier des bulles. Je vais critiquer certains d’entre vous… et je m’en excuse d’avance 🙈

Thème : Le zèbre a bon dos

C’est parti pour l’email sympa de la semaine 💫

💀 C’est le début de la fin

💡 Le saviez-vous : le nombre de dépressions n’est pas plus important chez les surdoués que chez les neurotypiques.

💡 Le saviez-vous (#1) : les zèbres n’ont pas un problème avec l’autorité, mais avec l’autorité qu’ils jugent injustifiée. Avez-vous envisagé d’expliquer à votre fils que la maîtresse est légitime ? Cela me semble plus pertinent que de « faire comprendre à la maîtresse » qu’un gosse de 8 ans peut faire le caïd dans sa classe.

💡 Le saviez-vous (#2) : être zèbre ne rime pas avec échec scolaire (au contraire !).

 

Des messages comme ça, j’en reçois tous les jours.

Tous les jours, je vois le HPI devenir la porte ouverte à des dérives.

Tous les jours, je vois des personnes qui se servent de la douance comme d’une excuse.

Et ça commence à me casser les 🍒

🤫 Ne vous inquiétez pas, c’est pire chez les voisins

Pour ceux qui ne le savent pas, je gère deux groupes de discussion sur Facebook : Le Troupeau (pour les zèbres) et Le Refuge (pour les hypersensibles).

Pour y entrer, vous devez répondre à deux questions :

  1. Qu’est-ce qui vous y amène ?
  2. Voulez-vous rejoindre ma newsletter gratuite qui va vous donner des astuces pour mieux vivre votre HPI / hypersensibilité au quotidien ?

Environ 10 à 15% des arrivants sur le groupes de zèbres choisissent de rejoindre la newsletter.

On tombe à 0% pour les hypersensibles. Oui oui, aucun. Zéro. 0.

 

Il faut relativiser un peu ce nombre. Certains membres viennent s’inscrire après avoir téléchargé un ebook (ou autre) sur mon blog. Mais une majorité des nouveaux venus ne me connaissent pas et arrivent directement depuis Facebook.

Ce sont de ces nouveaux venus hypersensibles qui (1) ne me connaissent pas et (2) me disent aller mal et que leur hypersensibilité est horrible à vivre au quotidien que je parle.

J’ai réalisé que ces personnes-là ne cherchent pas à s’entraider et à « trouver des solutions ». Non. Elles veulent juste échanger autour de leurs malheurs.

Elles « sont comme ça », ce n’est « pas leur faute » et il n’y a « rien à faire ».

🏎 Vous êtes une Ferrari (vroum vroum)

Vous êtes un zèbre, oui. Mais vous n’êtes pas juste un zèbre.

Vous êtes hypersensible, oui. Mais vous n’êtes pas juste hypersensible.

 

C’est une partie de vous. Mais ce n’est pas vous dans votre entièreté.

Ça peut expliquer certaines parties de vos comportements, on est d’accord. C’est également à prendre en compte si vous souffrez de dépression. Mais ce n’est pas ça qui la cause.

Quand vous conduisez, vous devez prendre en compte le fait que vous avez un moteur de Ferrari sous le capot. Mais si vous avez un accident, ce ne sera pas (que) la faute de votre moteur. Beaucoup d’éléments pourront entrer en compte : la visibilité, la pluie / météo, votre fatigue, votre attention, les autres utilisateurs de la route, votre connaissance de votre voiture, etc.

Lorsque vous ne vous sentez pas bien (accident) il est important de comprendre votre particularité (votre moteur). Mais dire que votre état ne dépend que de cette particularité est un chouïa simplifié.

Et surtout : ne pas prendre de cours pour apprendre à conduire avec son moteur et préférer dire qu’on est voué à avoir plein d’accidents me semble incompréhensible.

Allé, j’espère y avoir mis quand même assez de formes.

Ne sur-attribuez pas tous vos maux à votre HPI / Hypersensibilité.

Ce n’est ni un bonnne chose ni une mauvaise chose. Et ce n’est surtout pas une fin en soi 🙃

 

À mardi,

Paul

💡 NB : les sources et références sont disponibles pour les personnes inscrites à la newsletter. Pour recevoir les prochaines éditions, cliquez ici.