Comment se faire des amis et le bonheur peuvent protéger notre santé ?

Home / En accord avec son corps / Comment se faire des amis et le bonheur peuvent protéger notre santé ?

Comment se faire des amis et le bonheur peuvent protéger notre santé ?

Remise en question du mode de vie

L’avantage du confinement, c’est que ça me laisse du temps pour penser (en effet, je suis en chômage partiel). Donc pour occuper ces longues journées un peu vides, je me suis donc posé une question. Qu’est ce qui me garde en bonne santé, et surtout heureux, tout au long de ma vie ? Si je devais investir dès aujourd’hui tout mon temps et toute mon énergie dans une meilleure version de moi-même, dans quoi ça serait ? Je partais avec un a priori plutôt habituel. « Paul, si tu veux être en bonne santé longtemps, il faut que tu manges sain, fasses du sport, et dormes bien ». Mens sana in corpore sano. Que nenni.

De nombreuses récentes études sont réalisées sur la Génération Y. On leur y demande quel est, selon eux, le but de la vie. La réponse gagnante est toujours « devenir riche » (autour de 80%). Et 50% de ces mêmes répondants expliquent qu’un objectif important de la vie était de devenir célèbre. En même temps, je peux les comprendre. Durant mes études, on m’a constamment rabâché de me mettre au travail, que je devais travailler plus pour m’accomplir plus. On m’a fait croire qu’avoir un grand poste (et donc plus ou moins en conséquence un grand salaire) était ce qu’il fallait faire pour réussir sa vie.

Par ailleurs, j’ai lu ce recueil (réalisé par des infirmières) qui regroupe les 5 regrets de vie éprouvés par les personnes mourantes à l’hôpital. Suite à cela, je me suis vraiment dit que quelque chose n’allait pas dans cette façon de penser. Sur quoi capitaliser ? Sur quoi investir ? Le problème, c’est que pour avoir des données fiables, il faudrait réaliser une étude gigantesque, qui suivrait des individus tout au long de leur vie. Ça a un coût.

Et bien figurez-vous que Harvard l’a fait.

Le lien entre le bonheur et la longévité dans la vie d’un adulte

L’étude de Harvard sur le Développement des Adultes (ou Grand and Gluech Studies) est, je pense, l’étude la plus longue réalisée sur la vie – et sur la recherche du bonheur. Voici le principe : depuis 1938 (donc depuis plus de 80 ans), ils suivent les vies de 724 hommes. Année après année, ils les ont interrogés sur leur travail, leur santé, leur famille, etc. Incroyable non ? Aujourd’hui, seulement une 60aine des 724 personnes initiales sont encore en vie. La plupart ont plus de 90 ans. Evidemment l’étude continue. Elle étudie maintenant les près de 2000 enfants de ces hommes.

En 1938, les chercheurs ont donc sélectionné 724 hommes répartis comme suit :

Groupe 1

268 étudiants en 2ème année de Harvard. Ils ont tous fini leur passage à la prestigieuse université durant la Seconde Guerre Mondiale, et une grande partie d’entre eux est partie à l’armée.

Groupe 2

456 hommes issus du quartier le plus pauvre de Boston. Ils ont été spécialement sélectionnés car ils venaient de famille vraiment en difficulté (la plupart n’avaient, par exemple, pas accès à l’eau courante).

À leur entrée dans l’étude, ils ont tous passé des interviews et des examens médicaux. Leurs parents ont également été interviewés, et leurs domiciles visités. Tous les deux ans, les équipes de recherches ont appelé ces hommes pour prendre de leurs nouvelles, voire se sont rencontrés physiquement. Ils posaient des questions générales sur leur santé, leurs relations amicales, leur état de bonheur, etc. Durant toutes ces années, ils ont dû remplir des questionnaires, fournir des dossiers médicaux, se faire scanner le cerveau (oui oui !), faire participer leurs enfants, exprimer leurs plus gros soucis… Petit à petit, leurs femmes sont également entrés dans l’étude. Ils ont grandi, sont devenus des adultes, ouvriers, docteurs, maçons, avocats, l’un d’eux est même devenu Président des Etats Unis ! Certains sont devenus alcooliques, drogués ou schizophrènes. Certains ont grimpé l’échelle sociale, d’autres l’ont descendue.

Après l’étude de ces centaines de milliers de pages d’informations, devinez ce qu’il en sort. Non, les leçons à en tirer ne portent pas sur la richesse, la célébrité ou le travail, comme semblent le croire la Génération Y. Le message le plus évident est le suivant : ce sont les bonnes relations qui nous rendent plus heureux et en meilleure santé. C’est tout. Notre bonheur et notre santé sont liés à notre faculté à se faire des amis et à avoir de bonnes connexions sociales.

Les chercheurs en ont donc tiré trois leçons de vie.

1. Il est important d’avoir de bonnes connexions sociales et de se faire des amis

La première grande leçon, est qu’il est très important d’avoir de bonnes connexions sociales, car la solitude tue. En effet, ils ont découvert que les personnes les plus connectées socialement (famille, amis, communauté, etc.) vivent plus longtemps que ceux qui le sont moins. Et inversement, les personnes les plus isolées socialement voient leur santé se décliner plus tôt en milieu de vie, ont une vie plus courte et se disent moins heureux.

2. Il faut privilégier la qualité de nos amis et de nos connexions

Tout en faisant écho à la leçon numéro 1, ce n’est pas le nombre de connexions que nous avons qui importe, mais la qualité de chacune d’entre elles. Un milieu conflictuel (au sein d’un mariage par exemple) est extrêmement mauvais pour la santé. Il faut vivre avec des relations chaleureuses et protectrices.

Ainsi, les enquêteurs ont réussi à prédire qui vieillirait bien ou mal dès l’âge de 50 ans. Pour ça, ils n’ont pas analysé des données relatives à la santé (comme leur taux de cholestérol), mais bien la qualité de leurs relations. En gros, les personnes qui étaient satisfaites de leurs relations à 50 ans étaient globalement en meilleure santé à 80.

3. La recherche du bonheur protège aussi le cerveau

Dernière grande leçon : en plus de protéger le corps et la santé des individus, les bonnes relations protègent également leur cerveau. La mémoire des personnes qui sentent qu’ils peuvent compter l’un sur l’autre reste aiguisée plus longtemps. Attention cependant, il ne s’agit pas de vivre dans un monde tout beau tout rose, mais bien d’avoir des relations sur lesquelles on peut compter. Certains couples octogénaires étudiés passaient le plus clair de leur temps à se disputer. Cependant, ils savaient qu’ils pourraient toujours compter l’un sur l’autre. Ils avaient confiance. Et ces disputes n’avaient pas d’effets négatifs sur leurs mémoires.

Conclusion et applications

Pour être totalement franc, cette étude m’a surpris. Je savais que l’être humain est un être social, mais à ce point là, franchement… Pour conclure, voici donc un récapitulatif de tout ça :

  • Il semblerait que ça ne soit pas la santé physique qui permettent de vivre heureux et longtemps, mais plutôt la qualité de nos relations avec les autres
  • Je vais donc commencer par remplacer le temps que je peux passer devant les écrans ou seul, par du temps avec les personnes que j’aime, ou à raviver de vieilles relations
  • Il est important de nourrir son cercle social et familial, de se faire des amis et de voir sa famille
  • La vie est trop belle pour perdre du temps à se chamailler (et en plus, créer de bonnes relations et être heureux est bon pour la santé !)

Dans une autre étude, Dan Buettner offre 9 secrets de populations centenaires pour vivre plus longtemps. On y retrouve cette importance du social, combiné à d’autres facteurs.

Pour aller plus loin, découvrez tous les avantages du développement personnel dans la santé. Je vous conseille également la lecture du guide sur le développement personnel (plus global). Ou alors, découvrez le lien avec les Sciences Humaines et Sociales.

Pour aller plus loin

Vous trouverez juste après la liste de livres dont j’ai parlé dans cet article, ainsi que d’autres qui pourraient vous aider si vous avez été intéressés par ce sujet. Bonne lecture !

Toute l’étude retracée. C’est passionnant.

Aussi, voici le bouquin de Bronnie WARE, infirmière, qui détaille les 5 regrets que ses patients en train de mourir lui racontent. C’est vraiment poignant et incroyable !

Egalement un classique que vous devez lire !

Pour info, il s’agit d’un des livres les plus achetés de tous les temps.

Related Posts
Showing 5 comments
pingbacks / trackbacks
  • […] C’est un ouvrage que tout le monde se doit d’avoir lu de part les concepts forts évoqués mais également la facilité de lecture. Je ne mets cependant par la dernière étoile car certains exemples peuvent sembler un peu vieillots (il date de 1936 malgré tout !) et mériteraient une légère mise à jour. Malgré tout, c’est un excellent livre ! De plus, n’oubliez pas que se faire des amis, c’est bon pour la santé. […]

  • […] avoir lu l’étude de Harvard qui explique que avoir des connexions fortes avec son entourage permet de vivre plus longtemps et en meilleure santé, je dois avouer que j’ai continué à chercher. Je voulais avoir d’autres données, d’autres […]

  • […] avoir lu l’étude de Harvard qui explique que avoir des connexions fortes avec son entourage permet de vivre plus longtemps et en meilleure santé, je dois avouer que j’ai continué à chercher. Je voulais avoir d’autres données, d’autres […]

  • […] C’est un ouvrage que tout le monde se doit d’avoir lu de part les concepts forts évoqués mais également la facilité de lecture. Je ne mets cependant par la dernière étoile car certains exemples peuvent sembler un peu vieillots (il date de 1936 malgré tout !) et mériteraient une légère mise à jour. Malgré tout, c’est un excellent livre ! De plus, n’oubliez pas que se faire des amis, c’est bon pour la santé. […]

  • […] par le regard des autres. Maintenant, je connais l’importance d’identifier ses peurs et du besoin humain de sociabilité. Mais cela n’a pas toujours été le cas. La transformation s’est faite petit à […]

Leave a Comment