Comment vivre plus longtemps ? 9 secrets de populations centenaires

Home / En accord avec son corps / Comment vivre plus longtemps ? 9 secrets de populations centenaires

Comment vivre plus longtemps ? 9 secrets de populations centenaires

Après avoir lu l’étude de Harvard qui explique que avoir des connexions fortes avec son entourage permet de vivre plus longtemps et en meilleure santé, je dois avouer que j’ai continué à chercher. Je voulais avoir d’autres données, d’autres personnes, trouver d’autres recherches. Et c’est ce que j’ai fait. Je suis donc tombé, un peu par hasard, sur les travaux de Dan Buettner. Buettner a étudié 5 populations qui présentent des critères de longévité incroyables :

  • Barbagia, région de Sardaigne – Hautes terres montagneuses de la Sardaigne intérieure avec la plus forte concentration de centenaires masculins au monde ;
  • Ikaria, Grèce – Île Égée avec l’un des taux de mortalité en milieu de vie les plus bas au monde et les taux de démence les plus bas ;
  • Péninsule de Nicoya, Costa Rica – Les taux de mortalité de milieu de vie les plus bas du monde, deuxième plus forte concentration d’hommes centenaires ;
  • Adventistes du septième jour – La concentration la plus élevée se situe autour de Loma Linda, en Californie. Ils vivent 10 ans de plus que leurs homologues nord-américains ;
  • Okinawa, Japon – On y retrouve les femmes les plus âgées du monde.

Avec une équipe de chercheurs, médecins, anthropologues, épidémiologistes et démographes, il s’est rendu sur place pour chercher les points communs entre ces cinq endroits et habitudes de vie. Ils en ont trouvé 9.

1 – Du sport un peu tout le temps

Tout d’abord, aucun d’eux ne fait d’exercice – du moins, pas comme on l’entend chez nous. Personne ne va à la salle, personne ne va courir, etc. Par contre, ils organisent leur vie de façon à faire un peu de sport tout le temps. Par exemple, les femmes d’Okinawa s’assoient par terre. Ainsi, elles se lèvent 30 à 40 fois au cours de la journée ! Les Sardes vivent dans des maisons verticales sans ascenseurs. Chaque trajet est l’occasion de marcher. Ils cuisinent et jardinent sans aide mécanique, et le font donc à la force des bras.

2 – Avoir un but : l’ikigaï

Les japonais l’appellent l’Ikigaï, les Nicoyens Plan de vie (« Plan de Vida »). À chaque fois, cela répond à la question « pourquoi est-ce que je me lève le matin ? ». Ainsi, le principe de la retraite n’existe pas vraiment chez eux. Ce but est valable absolument tous les jours. Ils restent actifs et motivés, et ont envie de vivre plus longtemps.

3 – Prendre le temps de ralentir

Tout le monde est sujet au stress, même eux. Ce qui diffère, c’est la manière de le gérer. Le stress développe des inflammations chroniques qui accentuent les mauvais effets des maladies dites « de vieillesse ». Ces populations ont inclus des méthodes anti-stress au sein même de leur routine. Que ça soit avec de la méditation, des prières, une sieste ou même un happy hour, tous ont une manière bien à eux d’évacuer la pression.

4 – Manger juste ce qu’il faut

Les chercheurs ont remarqué que les portions qu’ils mangeaient à chaque repas étaient plus petites que celles que nous avions l’habitude de voir. De plus, ils mangent très léger en fin de journée, et de manière plus généreuse le matin. Le but étant de ne pas surcharger l’estomac et le travail intestinal (avec des assiettes trop remplies), et de manger plus le matin que le soir car nous avons besoin de plus d’énergie durant la journée que pour dormir.

5 – Un régime (quasi) végétarien

Les graines, légumineuses, fruits et légumes sont la base de leur régime alimentaire. Sinon, ils mangent occasionnellement de la viande (du porc généralement), mais pas plus de 5 fois par mois et dans des proportions réduites (pas plus de 100g à chaque fois).

6 – Le vin quotidien

Il s’agit très certainement du point qui m’a le plus surpris, mais ils boivent pour la quasi-totalité régulièrement du vin en fin d’après midi. Les buveurs modérés semblent vivre plus longtemps que les non buveurs. L’idée serait de boire 1-2 verres (pas plus), avec des amis, familles, et un peu de nourriture pour partager un moment convivial et anti-stress. Et je vous vois venir : non, il n’est pas possible « d’économiser » ses verres et de les boire en un seul soir. Pour plus d’infos, n’hésitez pas à aller voir comment l’alcool nous rend bourré

7 – L’appartenance

Sur les 263 centenaires interrogés, tous sauf 5 appartiennent à une confession. La nature de cette confession ne semble par contre pas avoir d’importance. Ce qui compte, c’est que cette confession invite au rassemblement et au partage au moins 4 fois par mois.

8 – La famille d’abord

Les centenaires ont toujours fait passer leur famille d’abord. Vivre proche de (ou même avec) ses parents et ses grands parents, choisir un partenaire pour la vie, puis être proche de ses petits-enfants est un atout majeur pour augmenter son espérance de vie.

9 – Le bon groupe

Les personnes les plus âgées de notre monde vivent avec un cercle d’amis aux habitudes saines. Les femmes d’Okinawa ont créé des « moais » : des groupes de 5 amies qui resteront ensemble toute leur vie. Les recherches de l’Etude de Framingham montrent que l’obésité, fumer, la solitude et le bonheur sont contagieux. L’environnement social de ces centenaires est donc influencé par leur entourage.

Conclusion et applications

Il s’agit en gros d’avoir une vie saine. Cependant, cette découverte appuie également sur l’importance du cercle social comme facteur de longévité. Voici quelques habitudes faciles à mettre en place :

  • Ne vous tuez pas au sport et essayez de ne pas rester assis toute la journée. On peut par exemple se forcer à passer par les escaliers et non l’ascenseur, aller au travail à vélo ou en marchant plutôt qu’en transports, etc. Ce sont tous ces petits détails qui, mis bout à bout, font de grandes choses ;
  • Trouvez un but à la vie et ne stressez pas trop : cherchez ce qui vous passionne, ce qui vous fait vibrer et foncez. Si vous êtes sujet au stress, trouvez des moyens de l’atténuer ;
  • Mangez de façon plus saine : réduisez vos apports en protéines animales et mangez en quantité raisonnable. Quant à l’alcool, je dois avouer que je ne sais pas trop quoi en penser, et recommander de boire régulièrement me gêne ;
  • Fréquentez des personnes aux habitudes saines. Entourez-vous d’amour. (Re)connectez avec votre famille.

Découvrez tous les bénéfices du développement personnel dans la santé. Sinon, voici le guide sur le développement personnel !

Pour aller plus loin

Plus d’informations sur l’Ikigaï

Des idées de recettes végétariennes

Related Posts
Showing 2 comments
pingbacks / trackbacks

Leave a Comment