Gérer son stress pour en faire un ami

Home / En accord avec son corps / Gérer son stress pour en faire un ami

Gérer son stress pour en faire un ami

Gérer son stress est un des grands enjeux de notre société actuelle. En effet, le stress est très régulièrement vu comme quelque chose de mauvais. Trouver des techniques pour le réduire serait donc bénéfique. D’un autre côté, des études récentes tendent à montrer qu’une des meilleures façons de gérer son stress est d’en faire un ami. Le stress ne serait, selon eux, pas quelque chose de mauvais.

Gérer son stress en le voyant comme une réaction naturelle du corps pour faire face au challenge

Pour gérer son stress, il faut le voir comme une réaction naturelle du corps qui nous aide à faire face à un challenge. Notre respiration s’accélère pour apporter plus d’oxygène à notre cerveau. De même, notre coeur augmente son rythme pour lui apporter plus de sang. En voyant le stress comme une réaction normale et non nocive, notre corps « subit » beaucoup mieux ce passage stressant. 

La mortalité du stress diffère en fonction de sa perception

Des chercheurs ont réalisé une étude aux Etats-Unis. Ils ont demandé à près de 30 000 participants (adultes) de noter leur niveau de stress sur l’année passée. Ils pouvaient choisir parmi « un petit peu », « moyennement » ou « beaucoup » de stress. Puis, on leur a demandé s’ils pensaient que ce stress était nocif pour leur santé. Durant les 8 années suivantes, ils ont utilisé les avis décès pour surveiller qui, des 30 000 candidats, étaient morts. Les résultats ? Ils ont découvert que les personnes qui avaient indiqué avoir eu « beaucoup » de stress avaient 43% de « chance » de plus de mourir durant ces 8 années. Mais le plus incroyable, c’est que cela n’est valable que pour les personnes qui voyaient le stress comme mauvais pour leur santé. Ceux qui ne le percevaient pas comme nocif n’ont pas été impactés.

Expérience de Harvard pour gérer son stress

L’Université de Harvard a mené une expérience similaire. Ils ont fait passer des tests de mathématiques à des individus en les mettant dans des conditions stressantes. Auparavant, les chercheurs ont expliqué à certains que le stress (augmentation de la respiration, accélération de la fréquence cardiaque, etc.) était une réaction normale du corps. En fait, le corps fait cela pour nous aider à surmonter un challenge. Les résultats sont cette fois encore plus fous. Ils ont découvert que les participants qui voyaient le stress comme une réaction normale et bénéfique avaient sans surprise bien mieux réussis au test. Mais en plus, leurs vaisseaux sanguins sont restés complètement détendus. Normalement, le stress a tendance à resserrer les vaisseaux sanguins. À la longue, cela peut provoquer des maladies cardio-vasculaires.

Les liens sociaux permettent de gérer son stress

Pour gérer son stress, il semblerait que les liens sociaux soient importants. Tout particulièrement l’aide que l’on apporte aux personnes dans le besoin.

L’ocytocine : l’hormone miracle

Connaissez-vous l’ocytocine ? On la surnomme l’hormone des câlins parce qu’elle se libère (entre autre) lorsque l’on a un contact  physique avec un autre être humain. Elle gère par exemple notre empathie, notre besoin d’affection physique, d’amour, etc. De plus, elle a également un rôle de protection du coeur lorsqu’il est en situation de stress. Enfin, elle rend les vaisseaux sanguins bien plus détendus par exemple. Et ce qui est encore plus cool, c’est qu’elle fait partie des réactions naturelles du corps au stress. au même titre que l’adrénaline est libérée pour aller faire accélérer votre corps, l’ocytocine est lâchée par le cerveau. Quand on est en situation de stress, on a besoin de réconfort. Si on pousse le raisonnement, on pourrait dire que avoir de bonnes relations physiques et sociales permet de libérer de l’ocytocine et donc de gérer son stress mieux en le faisant par prévention.

Gérer son stress avec le contact humain

Michael J. Poulin de l’Université de Buffalo a interviewé près de 850 personnes de Detroit qui avaient entre 34 et 93 ans. Il leur a demandé s’ils avaient eu des événements stressants l’année passée – et si oui, combien. De plus, il leur a demandé s’ils étaient venus en aide à d’autres personnes durant cette même année. Il a ensuite consulté les avis de décès pour trouver qui, parmi les 850 participants, est décédé durant les 5 années qui ont suivi. Il en a tiré deux conclusions. La première, c’est qu’avoir au moins un gros événement stressant a augmenté la probabilité de décès prématuré de 30%. La seconde, c’est que cela n’est pas vrai pour les personnes qui ont aidé d’autres personnes durant l’année de test. Il conclu que donner aux autres permet de réduire significativement la mort prématurée liée au stress.

Conclusion

Pour conclure, voici deux solutions présentées pour gérer son stress :

  • Voir le stress comme une réaction normale du corps dans le but de relever le challenge. En effet, en agissant ainsi notre corps est plus détendu lors de l’épisode de stress ;
  • Donner aux autres permet de produire de l’ocytocine qui, à force, permet de protéger le système cardiovasculaire et limite le risque de mort prématurée liée au stress.

De façon plus générale, avoir une meilleure confiance en soi permet de réduire le stress.

Related Posts
Showing 3 comments
pingbacks / trackbacks

Leave a Comment