Vous êtes freelance ? Voici 5 idées fausses qui vous empêchent d’être payé(e) à votre juste valeur

Home / Business / Vous êtes freelance ? Voici 5 idées fausses qui vous empêchent d’être payé(e) à votre juste valeur

Vous êtes freelance ? Voici 5 idées fausses qui vous empêchent d’être payé(e) à votre juste valeur

Vous êtes freelance, sous payé(e) et surchargé(e) de boulot ? Vous aussi, vous avez déjà reçu ce type de mail ?

Bonjour Paul,

Nous sommes très intéressés pour faire appel à vos services. […] Par contre, cette année malheureusement nous avons un budget limité et nous ne pourrons pas vous payer plus de XX€.

Comme vous, j’ai été très déçu la première fois que j’ai reçu ce type de mail. Et comme vous, j’ai malgré tout accepté. Je me disais « ça me fera de l’expérience », ou « petit projet par petit projet, j’arriverai à un salaire raisonnable ». Il ne faut pas ! Voici les 5 fausses idées que empêchent un freelance de recevoir un salaire juste et approprié à sa valeur.

Fausse idée du freelance #1 : « si je fais du bon boulot, le client va le voir et me payer plus l’année prochaine »

Non ! Vous avez déjà participé à l’élaboration des budgets dans une entreprise ? Ils prennent les dépenses de l’année passée, puis ils les diminuent de X%. Une entreprise se doit d’améliorer sa rentabilité d’année en année, et pour cela elle ne peut pas augmenter ses coûts. Lorsque vous faites vos budgets personnels, est-ce que vous vous dites « tiens, cette année je vais donner plus à EDF parce qu’ils ont fait un bon service l’année dernière » ? Absolument pas. Et si jamais ils augmentent leurs tarifs, vous irez voir ailleurs.

Fausse idée du freelance #2 : « pour acquérir de l’expérience, je vais accepter toutes les propositions, même celles qui sont peu (voire pas) payées »

La logique se tient. Mais à quel moment vous considérez que vous avez assez d’expérience ? On peut toujours progresser et toujours s’améliorer. Il faut donc mettre un stop à un moment. Soness Stevens dit : « si vous êtes assez bon(ne) pour bosser, vous êtes assez bon(ne) pour être payé(e) »… et elle a raison. Et ce peu importe votre niveau. L’apprentissage, c’était à l’école ou pendant des stages. Ici, vous fournissez un service et vous vous devez d’être compensé(e) pour ça.

Fausse idée du freelance #3 : « si je veux réussir, je ne peux pas être trop exigeant(e) : cela pourrait nuire à ma réputation »

Toujours pas. Si vous acceptez trop de propositions, vous allez tout simplement être sous l’eau pour un résultat global (salaire) très peu élevé. Le temps de travail nécessaire ne sera pas égal au salaire qui en ressort. Vous risquez juste de vous épuiser et de vous dégoûter. Et en plus, en refusant des projets qui ne vous intéressent pas, vous renversez les jeux de pouvoir. C’est vous qui décidez du projet que vous prenez. Ce n’est plus le client qui décide du freelance qu’il emploie. Vous créez de la rareté, et donc de la valeur.

Fausse idée du freelance #4 : « je ne suis pas un businessman, donc je ne suis pas à l’aise pour discuter du prix avec des clients »

Rendez-vous bien compte d’une chose : vous êtes un businessman (ou -woman). En effet, à partir du moment où vous avez une entreprise (vous-même), des clients, de l’argent qui circule, etc., vous êtes dans le business. Vous et ce que vous proposez avez une valeur. Et vos clients sont là pour l’acheter à un certain prix. À vous d’établir le prix que vous attribuez à ce travail. Néanmoins, même si ce que vous produisez est plus difficilement quantifiable et mesurable que la production d’un objet, il ne mérite pas moins un salaire. Votre temps, c’est de l’argent.

Fausse idée du freelance #5 : « si je ne baisse pas mes prix, les clients iront voir quelqu’un d’autre »

Oui, c’est vrai. Mais c’est tout simplement que ce n’était pas le bon client pour vous. Choisissez un positionnement qui correspond à ce que vous voulez atteindre, et n’en sortez pas. Et puis, vous pouvez toujours élargir votre zone des chalandise (le bassin dans lequel vous allez pêcher vos clients). Pourquoi vous limiter à une seule ville, alors que tout le pays pourrait utiliser vos services ? Ou alors même plusieurs pays ? De même, faites marcher votre réseau. N’attendez pas que les clients vous tombent dessus tout cuits.

Conclusion

Pour conclure, être freelance est un vrai choix de vie. Il vient avec ses bons et ses mauvais côtés. Il est parfois difficile d’estimer le salaire juste auquel on pourrait prétendre. Néanmoins, il y a 5 règles qu’il faut garder en tête :

  • Si votre client n’a pas de budget cette année, il n’en aura pas plus l’année prochaine. Du coup, si vous acceptez de proposer vos services à un prix, vous ne pourrez plus les augmenter l’année suivante ;
  • Vous êtes assez expérimenté(e), et vous méritez donc de recevoir un salaire pour vos services. Ne faites pas du bénévolat. Et petit à petit, en gagnant de l’expérience, augmentez ce tarif ;
  • N’acceptez pas n’importe quoi, votre temps est précieux ;
  • N’ayez pas peur de donner un tarif à votre travail, et de l’expliquer à vos clients ;
  • Vos prix vont dépendre de vos coûts de production et du positionnement choisi. Si vous ne trouvez pas assez de clients, ne les changez pas mais envisagez plutôt d’élargir votre zone de recherche.

Découvrez mon guide du développement personnel dans le travail, et mes articles sur le business !

Related Posts

Leave a Comment

Offrez moi un café
Articles
Offrez moi un café