💡 Ceci est la newsletter du 16/11/21. Pour recevoir les prochaines éditions, cliquez ici.

Suite à vos retours de la semaine dernière sur l’aide pour les parents d’EIP, on va tenter de partir dès maintenant sur des newsletters thématiques ! ✌🏻

 

Sommaire

Temps de lecture : 2 minutes

Le sujet de cette semaine m’est apparu suite au succès plutôt inattendu de ma dernière vidéo Youtube. Je me suis donc dit que ça devait vous intéresser, alors aujourd’hui on va approfondir les problèmes de solitude qui existent chez les surdoués.

Thème : la solitude et le HPI

  1. Les différentes catégories de solitude
  2. Le surdoué hypersensible a biologiquement besoin d’intéractions sociales
  3. Ça vous dit on crée une communauté ?

C’est parti pour l’email sympa de la semaine 💫

❌ Le vrai problème

Selon de nombreux bouquins sur le HPI, on pourrait diviser les raisons qui poussent un HPI à se sentir seul en 3 grandes catégories :

  • La solitude subie à cause des difficultés réelles du surdoué à créer des relations avec les autres. Globalement, il ne comprend pas comment marchent les relations, et à tendance à se sur-adapter.
  • La solitude parmi les autres, ou « vécu de solitude ». Les HPI représentent 2,5% de la population, soit 1 personne sur 40. C’est presque normal de se sentir seul.
  • La solitude choisie : car on a besoin de s’isoler régulièrement pour se reposer et faire marcher notre créativité.

👉🏻 Dans mon article sur la solitude du surdoué, j’ai détaillé chaque catégorie. (PS : une erreur se cache dans la vidéo. Saurez-vous la retrouver ?)

Pourquoi c’est un vrai problème ?

Parce que je reste intimmement persuadé que, même si certains trouvent du plaisir dans cette solitude, ce n’est, au fond, pas la bonne solution (cf sujet suivant).

❌ Le vrai problème (bis)

… c’est que les hauts potentiels intellectuels ont biologiquement besoin de contact avec les autres. Suivez moi : 

Selon Jeanne Siaud-Facchin et autres, tous les zèbres sont hypersensibles. Or, on a vu dans une précédente étude que le cerveau d’une personne hypersensible libère de la dopamine (aka l’hormone de la récompense) lorsqu’il voit des autres humains. Donc les hypersensibles (et les HPI) sont récompensés lorsqu’ils ont des intéractions sociales 👯‍♀️

 

Vous le voyez le problème maintenant ?

👉🏻 D’un côté, notre corps est programmé pour nous récompenser lorsque l’on interagit avec des gens.

👉🏻 De l’autre, notre particularité pousse une majorité d’entre nous à souffrir de solitude et à galérer socialement.

 

Franchement, ce cul de sac m’a remué. Mais j’ai peut-être une idée (cf sujet suivant).

🌟 Une tentative de solution

Je me dis que ça pourrait être drôlement sympa de se retrouver tous ensemble au sein d’une communauté, une vraie. C’est ce que j’ai voulu faire avec cette newsletter, mais en fait les discussions passent obligatoirement par moi. Non pas que je m’en plaigne, mais je ne suis pas sûr d’avoir la réponse à tout.

À mon avis, on pourrait beaucoup plus s’entraider si vous pouviez vous aussi échanger avec d’autres zèbres (et pas juste moi).

Qu’est-ce que vous en dites ? Donnez moi votre avis sur ce questionnaire 👍🏻

 

NB : depuis, les groupes sont ouverts : groupe de discussion pour zèbres et groupe de discussion pour hypersensibles

Merci d’avoir tout lu jusqu’au bout !

N’oubliez pas, les portes de ma boite mail vous seront toujours ouvertes 😉

 

À mardi prochain,

– Pablo

💡 NB : les sources et références sont disponibles pour les personnes inscrites à la newsletter. Pour recevoir les prochaines éditions, cliquez ici.