Les hypersensibles regrettent de l’être. Ils pensent que s’ils n’étaient pas hypersensibles, ils seraient plus heureux. En fait non. On fait juste trois erreurs majeures, trois erreurs principales. Dans cet article, je vais vous les décrire pour vous aider à enfin vivre heureux avec votre hyper sensibilité. Vous découvrirez même que vous avez un véritable trésor, un véritable don en vous.

Je m’appelle Paul et mon hypersensibilité a été détectée il y a plus de dix ans maintenant. Et aujourd’hui sur Connect The Dots, je partage ce que j’ai appris pour aider les petits nouveaux.

NB : cet article est la transcription de la vidéo ci-dessus

1. Hypersensible : ne coupez pas votre intensité

On commence tout de suite la première erreur que font tous les hypersensibles : c’est d’essayer de couper leur intensité. Et en même temps ça se comprend. On veut se calmer parce qu’on ressent les choses très intensément, on est trop.  D’ailleurs on nous le dit souvent qu’on est trop sensible, trop triste, trop joyeux, trop quelque chose. On est vraiment trop. Et nous ça peut nous fatiguer. Je parle par expérience encore une fois je suis hypersensible moi aussi. Des fois j’en peux plus ! Avoir ces hauts ces bas constamment toute la journée c’est épuisant. Et du coup c’est totalement normal des fois de vouloir un peu calmer tout ça, arrêter ses émotions, mettre un coup de frein. Malheureusement j’arrive avec une mauvaise nouvelle : ce n’est pas quelque chose qui est possible. En fait on est biologiquement programmés pour ça, pour ressentir tout en plus haut en plus fort et en plus intense.

Ça a été tout le sujet d’un précédent article qui est « le voyage dans le cerveau hypersensible » dans lequel j’avais vu d’un point de vue vraiment neuroscientifique pourquoi, avec nos hormones, on est comme ça et pourquoi on ressent tout si fort.

Avant, moi non plus je ne le savais pas. J’avais essayé de tout calmer. Par exemple pendant le lycée j’avais vraiment essayé de ne plus ressentir. J’avais mis une sorte de masque social, un faux-self, ou en fait je faisais semblant de ne ressentir aucune émotions. Je me mentais complètement à moi-même et certaines des personnes qui me connaissaient plus ou moins disaient que j’étais limite un robot, que j’étais insensible, que j’étais froid, un vrai frigo. J’ai fait la cocotte-minute. Au bout d’un moment j’ai complètement explosé. J’ai fait une dépression et j’ai dû avoir besoin d’un suivi psychologique pendant plusieurs années. Donc ne le faites pas, croyez-en mon expérience. Ça va peut-être marcher quelques temps mais sur le long terme ce n’est pas du tout jouable. Ce qu’il faut plutôt apprendre à faire quand on est hypersensible, c’est apprendre à s’écouter. Écouter nos informations. Écouter ce que notre antenne nous dit parce qu’au final une personne hypersensible n’est rien de plus qu’une grosse antenne qui capte plein de stimulations du monde extérieur. Il faut apprendre à écouter son antenne pour pouvoir s’épanouir parce que finalement être une personne hypersensible c’est juste être quelqu’un d’hyper vivant. Ce n’est pas mauvais.

2. Ne pas croire le regard mauvais que la société renvoie à l’hypersensible

Deuxième erreur principale que font les personnes hypersensibles, c’est de croire le regard que la société nous renvoie. Comme je l’ai dit juste au-dessus, depuis tout petit on comprend qu’on est trop. Enfin plutôt la société nous fait comprendre qu’on est des personnes trop : trop sensibles, trop intenses, trop joyeuses, trop tristes, etc. Et petit à petit on l’intègre et on prend ça comme une vérité. On est persuadés nous-mêmes qu’on est trop, dans le sens où c’est quelque chose de mauvais. On pense même que c’est cette hypersensibilité, ce fait d’être trop, qui crée tous nos problèmes. Finalement, on veut un peu être comme tout le monde. Mais en réalité il faut se rendre compte que personne n’est comme tout le monde. La moyenne n’est rien de plus qu’une moyenne. Personne n’y est parfaitement. On varie tous un peu au-dessus de cette moyenne et personne n’est « moyen ». Ce qu’il faut plutôt arriver à faire c’est déjà de se rendre compte que ce regard qu’à la société surtout a été intégré, qu’il n’est pas bon et qu’il n’est pas sain. Il faut arriver à affirmer notre singularité et surtout à mettre à distance ce poids social. C’est à dire que même si la société tend à critiquer tout ce qui n’est pas dans la moyenne… personne n’est dans la moyenne et tout le monde est un petit peu différent.

Le cadeau de l'hypersensibilité

Nous notre singularité, notre différence, c’est cette hypersensibilité. Et il y a de la place pour tout le monde et pour toutes les différences. Il faut vraiment accepter son hypersensibilité en la comprenant et en s’en libérant, en se libérant des chaînes qu’on s’est mis tout seul et que la société nous a mises. Quand on pense nous-même que le fait d’être hypersensible est quelque chose de mal, on répète un discours social. On se répète à nous-mêmes un discours social, on creuse nous-mêmes notre tombe, on s’enfonce nous-mêmes. En réalité, avoir plein d’émotions c’est quelque chose de super. On a un super pouvoir unique. C’est ce que j’ai essayé de représenter dans ce petit dessin. On est hypersensibles, on est super sensibles avec un super héros et on arrive à rendre le monde plus coloré, plus intense, et plus beau. Il faut vraiment arriver à exprimer cette singularité et ne pas du tout en avoir honte.

3. Ne faites pas totalement confiance à ce que vous dit votre hypersensibilité

Et enfin la troisième erreur principale que font les personnes hypersensibles c’est de faire trop confiance à ce que l’on ressent. Alors ce processus d’étude dont je vais parler est détaillé plus en détail dans la mini formation gratuite de trois jours que je propose. Vous pouvez vous y inscrire dès maintenant en suivant le lien qui s’affiche en haut à droite, ou sinon de directement dans la description qui est en bas. Encore une fois c’est une mini formation qui est gratuite donc vous pouvez vraiment y aller. Donc qu’est-ce que c’est que ce processus ? Déjà ne pas trop faire confiance à ce qu’on ressent est assez subtil parce que ce qu’on ressent doit être écouté et surtout il ne faut pas rejeter notre hyper sensibilité. Là je vais vous renvoyer à l’erreur numéro une. Mais il faut se rendre compte que ce qu’on ressent (on l’écoute) n’est pas forcément vrai. Ce n’est pas forcément la vérité. Je m’explique. En tant qu’hypersensible on a des antennes qui captent et qui sont plus grandes. On est une grosse antenne. On capte plus de choses autour de nous, plus de stimulations.  Le résultat c’est qu’on voit des choses que les autres ne voient pas. On les capte, on les ressent, on les analyse. Notre hypersensibilité c’est ça. C’est juste une stimulation plus précise, on est plus sensibles, notre antenne est plus sensible. À partir de ces stimulations et de la situation qu’on perçoit, on a des pensées. Notre cerveau se met à penser.  Ces pensées tournent en boucle. On analyse tout en continu. On tire de ça une conclusion qui est très souvent négative. La susceptibilité est une des conclusions principales que les personnes hypersensibles ont.

Comment devient-on susceptible ?

Par exemple j’essaie d’appeler quelqu’un, mais la personne ne répond pas. Ça c’est la situation. Moi je capte plein d’autres choses et mes pensées se mettent à tourner en boucle. Je commence à partir loin, que  la personne ne m’a pas répondu parce qu’elle ne m’aime pas, parce que j’ai fait quelque chose de mal, parce qu’elle n’en a rien à faire de moi… Résultat : on part sur une fausse conclusion, on se vexe et on arrive à de la susceptibilité. On arrive à se blesser tout seul avec nos propres conclusions. Il faut que vous arriviez à faire ça : à étudier ce cycle de pensées. les hypersensibles ressentent les choses très intensément et c’est bien. Mais nos conclusion sont parfois fausses. Par exemple là la personne m’a peut-être juste pas répondu parce qu’elle n’est pas dispo, parce qu’elle est occupée, ou qu’elle dort. Ce n’est pas forcément parce que la personne ne m’aime pas. Tout ne tourne pas autour de moi. Il faut prendre le temps de réaliser parfois que cette sensation qu’on a, ces sentiments que j’ai, sont parfois à pas hyper bien fondés. Il faut arriver vraiment à prendre du recul sur ça.  Encore une fois tout ce processus j’en parle dans la mini formation gratuite de trois jours. Il faut arriver à prendre le temps de penser à ce à quoi on pense. Comme si on arrivait à prendre du recul et à voir et à étudier tout ce processus de pensée pour pouvoir voir si c’est vrai ou non.

Bonus

Pour approfondir tout ce qu’on a vu dans cette vidéo, sachez que j’organise un défi gratuit de trois jours pour se connecter à son hypersensibilité c’est une mini formation gratuite dans laquelle vous allez apprendre à différencier vos émotions de celles des autres et à gérer et évacuer vos émotions. Vous pouvez vous inscrire ci-dessus. Sinon, si vous la vidéo vous a plu n’hésitez pas à vous abonner et à en regarder une autre !