Les relations sociales difficiles des adolescents surdoués

 

Aujourd’hui, j’ai décidé de renouveler l’expérience et de passer le micro à quelqu’un. En effet, et suite à mon précédent article sur l’évolution des enfants zèbres, j’ai pensé qu’il serait hyper pertinent d’avoir le retour d’une autre personne à haut potentiel que moi. Après tout, nous sommes tous différents et il n’y a pas de « norme » zébrée. Ainsi, pour avoir une meilleure idée de ce que la douance peut vous apporter ou apporter à votre enfant précoce, pourquoi ne pas recueillir les avis de plusieurs personnes. Non ?

Bref, je laisse la parole à une zébrette qui a souhaité rester anonyme. Elle a eu la gentillesse de me faire part de son expérience avec la douance durant sa scolarité. Je vous laisse entre ses mains. Bonne lecture.

Comment avez-vous pris conscience de votre douance ?

Zèbre Anonyme : J’ai pris conscience de ma douance le 29 décembre 2020 précisément, c’est donc assez récent [NDLR : propos recueillis en février 2021]. Je suis tombée sur un article sur internet, au hasard, qui parlait des enfants à haut potentiel et je me suis reconnue dans les caractéristiques. Je me suis renseignée auprès de mes parents qui m’ont avoué que la visite chez le psychologue que j’avais faite quand j’avais sept ans était en vérité un test de précocité.

Je me suis par contre toujours sentie différente, surtout au collège. Je voyais que mes intérêts étaient différents des autres de mon âge mais je n’ai jamais ressenti le besoin d’être comme tout le monde.

Comment votre douance a-t-elle impacté votre enfance et votre adolescence ?

Zèbre Anonyme : Quand je suis arrivée en CP, je savais déjà lire sans qu’on ne me l’ai jamais appris. J’avais de grandes facilités d’apprentissage et étais une très bonne élève. J’avais de bonnes relations sociales bien que j’étais, et je le suis toujours, très sensible.

En CM1 j’ai sauté une classe et ça s’est plutôt bien passé, je ne me sentais pas en décalage par rapport aux autres. Quand je suis arrivée en 6ème, c’est devenu plus compliqué. J’étais trop différente pour m’intégrer, trop « bizarre ». Je refusais de faire usage d’un faux-self pour me faire accepter, je voulais qu’on m’aime comme je suis. Au fur à mesure des années ça s’arrange mais n’étant pas encore sortie de l’adolescence (je suis en 3ème) je ne sais pas comment mes relations vont évoluer.

Au niveau du travail je me pose des questions sur l’utilité d’apprendre Pythagore ou Thales par cœur, même si la question ne devrait pas se poser. Je ne suis pas fière d’avouer que ça entraîne une forte baisse de mes résultats car j’ai plutôt tendance à ne travailler que sur ce qui m’intéresse.

Selon vous, quels sont les avantages / inconvénients à être une personne surdouée ?

Zèbre Anonyme : Je dirais justement le fait qu’on n’ait pas forcément de meilleurs réussites scolaires, contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent.

Le décalage par rapport aux autres enfants aussi qui peut poser des difficultés dans les relations.

L’hyperesthésie (hyper sensibilité sensorielle) peut aussi être un inconvénients même si j’y vois aussi des avantages.

Auriez-vous un conseil à donner à ceux qui viennent de découvrir leur haut potentiel ?

Zèbre Anonyme : Je dirais qu’il faut le prendre comme une force, qu’il ne faut pas avoir peur d’être différent. Que cette étiquette ne résume pas notre personnalité et qu’il faut tirer profit de cette douance.