Pourquoi les surdoués sont seuls ?

 

Aujourd’hui on va parler des sept raisons qui font que les surdoués se sentent seuls. Si vous êtes une personne à haut potentiel intellectuel ça vous aidera à identifier d’où vient le sentiment de solitude que vous ressentez peut-être. C’est notamment à cause des huit raisons dont je vais parler que les pensées négatives et les états dépressifs sont plus présents chez les surdoués qui ont été détectés. Et surtout restez bien jusqu’à la fin parce que j’ai une solution à vous proposer.

Je m’appelle Paul et mon haut potentiel a été détecté il y a plus de dix ans maintenant. Et aujourd’hui je partage ce que j’ai appris pour aider les petits nouveaux à s’accepter.

NB : cet article est la transcription de la vidéo ci-dessus

Avant qu’on commence je voulais vous dire que j’ai regroupé les sept raisons qui font que les surdoués se sentent seuls autour de 3 types de solitude. Enfin je les ai plutôt catégorisées parmi trois types de solitude.

La solitude subie du surdoué

La première catégorie c’est ce que j’ai appelé la solitude subie. Elle arrive suite à des difficultés à créer des relations sociales et amicales.

Les difficultés sociales du surdoué

Donc une des premières raisons c’est les difficultés sociales.

On ne comprend pas comment fonctionnent les autres. On est dans l’incompréhension la plus totale par rapport aux règles sociales et sociétales qu’il y a dans le monde. Par exemple moi encore aujourd’hui j’ai beaucoup de mal parfois à comprendre les règles implicites de comment fonctionne l’amitié, comment fonctionnent les règles relationnelles de la société. Ça fait que parfois je peux avoir un air un peu dérangeant ou un peu différent parce que j’estime mal ce qui est accepté ou non en fonction de mon degré de relation avec la personne. C’est à dire que des fois on peut être très proche et pourtant je me tiens de manière distante parce que j’ai mal estimé le truc. Ou au contraire on n’est des personnes pas spécialement proches et je vais aller trop loin de la relation. Du coup ça fait des bêtises.

En fait ce qu’il se passe vraiment c’est que je ne comprends pas comment ça marche. Je n’arrive pas à comprendre le fonctionnement des relations sociales.

La sur-adaptation chez le zèbre

Deuxième cause de la solitude chez le surdoué c’est la sur-adaptation.

Le surdoué a conscience des difficultés sociales dont on vient de parler. Pour essayer de les contrer il met en place une personnalité de façade, une sorte de masque social qu’on appelle le faux self. C’est un peu comme une fausse personnalité que tout le monde a. C’est la base notamment de la politesse et de comment se comporter en société. Par exemple, si vous êtes en entretien d’embauche, je suis sûr de moi quand je dis que vous n’êtes pas 100% honnête et 100% vrai(e) avec la personne qui vous fait passer l’entretien. Vous mettez un peu ce personnage (professionnel) de façade. Mais du coup vous n’êtes pas hyper honnête.

C’est très important de le mettre parfois parce que ça permet de réussir certains moments de la vie (dont l’entretien d’embauche). Le problème c’est que le surdoué s’en sert beaucoup parce que sinon il a beaucoup de mal dans ses relations. Il porte trop son faux self et il perd complètement contact avec sa véritable personnalité (qu’on appelle le vrai self). Les autres apprécient notre faux self mais finalement ils n’apprécient pas notre vrai self parce que il est caché au fond de nous-mêmes. Du coup notre vrai-self (notre vrai nous) est seul. On est seul même si on peut être entouré. C’est une personnalité de façade qui est entourée. Notre vrai nous est seul.

L’impulsivité chez le HPI

Troisième cause de la solitude chez les surdoués :  l’impulsivité. Parfois on peut manquer cruellement de tact et/ou être trop impulsif. Personnellement j’ai tendance à préférer une vérité qui blesse qu’un mensonge qui fait du bien, et j’ai malheureusement tendance à penser que c’est pareil pour tout le monde. Des fois quand je veux donner des conseils et être gentil en fait j’ai tendance à être hyper cash et à dire toutes les choses qui pourraient être améliorées. Sauf qu’en fait les personnes à qui je parle n’ont pas forcément envie d’entendre mes conseils.

Surtout, j’ai compris que des fois j’avais tendance à tourner autour du pot quand je voulais dire quelque chose et qu’on ne me comprenait pas. Du coup maintenant je fonce encore plus dans le tas je vais dire la chose très cash pour être sûr que le message soit passé. Ça aide encore moins. Je pense que cette impulsivité est aussi liée à notre côté passionnel. On est impulsifs dans nos envies et nos besoins. Il nous faut tout, tout de suite parce que quand on fait quelque chose et qu’on le veut on le fait avec passion. Il faut que ça nous prenne entièrement. Cette impulsivité, vous vous en doutez, est un gros frein dans nos relations sociales et elle agrandit note solitude subie.

La solitude parmi les autres du surdoué

On passe maintenant à la solitude parmi les autres qui est en fait un vécu de solitude : une solitude qui est intérieure. On se sent seul au milieu tous les autres.

Le sentiment de décalage du surdoué

Ça vient notamment d’un sentiment de décalage (c’est la raison suivante de la solitude chez le surdoué). Ce sentiment de décalage est tout à fait normal parce que le haut potentiel intellectuel représente 2,5% de la population. Ça fait une personne sur 40. C’est normal quand on est un zèbre, qu’on est seul face à 39 autres personnes neurotypiques, qu’on se sente différent. On est la population minoritaire, et c’est normal pour la population minoritaire de se sentir différente face à la population qui est majoritaire.

Pour éventuellement avoir moins un sentiment de décalage il faudrait aller dans un endroit où on devient la population majoritaire (comme par exemple dans des associations pour surdoués ou des Mensa ou des choses comme ça). Là on pourrait se sentir normal et moins en décalage parce que c’est nous qui représenterions le plus gros de la masse. Moi par exemple tous les retours que vous me faites me font me sentir normal.

Au début quand j’ai commencé ce blog et la chaîne Youtube c’était une relation à sens unique car je n’avais pas encore beaucoup de retours. Je me sentais seul. Maintenant j’ai moins ce sentiment de solitude parce que j’échange beaucoup avec des gens qui sont comme moi. J’ai moins ce sentiment de décalage parce que je me rends compte que je ne suis pas seul. Donc petit conseil : n’hésitez pas à laisser des commentaires, j’ai l’impression que les gens répondent quand même et c’est trop cool pour créer une communauté, qu’on se sente moins seuls.

La solitude intellectuelle chez le haut potentiel intellectuel

Autre raison de la solitude chez les surdoués c’est la solitude intellectuelle. En fait on n’est pas stimulés par les mêmes choses que les autres. On n’a pas les mêmes occupations, les mêmes envies, les mêmes besoins. Le résultat de ces goûts différents (enfin de ses envies différentes) fait qu’on se sent seul parce qu’on ne trouve personne qui a envie de faire les mêmes activités que nous. On a besoin de faire les choses très en profondeur, on aime aller vraiment à fond. On ne fait pas les choses de manière superficielle. Cette solitude intellectuelle (dans le sens où on est intellectuellement stimulé par des choses différentes) fait qu’on se sent seul.

La solitude choisie par le zèbre

Enfin troisième catégorie de solitude c’est la solitude choisie. Elle vient notamment d’un besoin de s’isoler. C’est une solitude qu’on choisit nous-mêmes. Elle est volontaire et c’est quelque chose de plutôt positif.

Le repos du surdoué hypersensible

La première raison à ça c’est le repos. En fait notre cerveau analyse tout 24h/24. En plus de ça, vu qu’on est des personnes hypersensibles, on capte plein d’informations et de stimulations extérieures. Le résultat c’est que nos cerveaux explosent au bout d’un moment. Il faut apprendre à se reposer pour qu’on digère toutes ces informations et qu’on aille mieux. Notre cerveau est surexcité. Il faut apprendre à le déstresser un peu de temps en temps et à le poser. Ce repos pour hypersensible nous prend plus de temps aussi. Il nous faut des périodes de repos plus régulières et plus longues.

La créativité du HPI

Enfin une autre raison de solitude choisie (et c’est d’ailleurs la dernière raison qui explique pourquoi les surdoués se sentent seuls) c’est la créativité.

Chez moi, ma part créative est très importante. C’est pareil chez beaucoup de surdoués. J’ai besoin de cette petite part créative, de la laisser vivre régulièrement et de faire quelque chose de créatif pour que je me sente bien. J’y arrive mieux quand je suis seul. Ça peut être créer ce blog : ça me fait énormément de bien. Ça me repose un peu parce qu’il y a de la créativité. Il faut créer des vidéos, des articles, réfléchir à comment ça marche… j’adore faire ça ! Ça peut être du temps libre pour laisser libre cours à mon imagination. Je reste un peu seul, je pense à plein de choses et ça me fait beaucoup de bien. Ces temps seuls créatifs sont très importants pour moi. C’est des raisons qui poussent à ma solitude. J’en ai besoin. Si je ne les fais pas je ne suis pas bien. Mais il les faut.

J’insiste vraiment sur le fait que ces moments de solitude choisie (que ce soit pour le repos ou pour la créativité) sont des moments qui sont très importants pour l’équilibré du surdoué. Je ne peux pas passer des moments de groupe et des moments avec plein de monde autour de moi tout le temps. Je n’y arrive pas. J’explose. Il me faut c’est temps morts.

Si vous vous êtes reconnu dans ces points, n’hésitez surtout pas à vous inscrire à ma mini formation gratuite dans laquelle on va parler de comment faire de son haut potentiel intellectuel son plus grand atout. Je vous dis à très vite !