💡 Ceci est la newsletter du 27/07/21. Pour recevoir les prochaines éditions, cliquez ici.

Sommaire

Temps de lecture : 4 minutes

Depuis plusieurs mois, je ne parle pratiquement que du HPI (sans surprise) mais en ne m’adressant qu’aux surdoués eux-mêmes. Aujourd’hui, j’ai décidé de faire une newsletter un peu spéciale. Je vais m’adresser particulièrement aux parents de petits zèbres parce que la douance… c’est une aventure pour eux aussi !

Thème : être parent de zèbre

  1. Un couple de L’Amour est dans le pré a eu un enfant HPI. Ils nous en parlent !
  2. Quoi faire si votre enfant à des difficultés à l’école
  3. Une règle simple à la maison : les 3C (Clarté, Cohérence, Consistance)

C’est parti pour l’email sympa de la semaine 💫

🃏 La carte du dialogue

Si vous regardiez L’Amour est dans le pré sur M6 en 2012, vous avez certainement fait la connaissance du couple Pierre et Frédérique. Pourquoi on en parle ? Parce que l’année suivante ils sont devenu parents d’un petit Gabriel.

Dans une récente interview, le couple a révélé que leur enfant était… (roulement de tambour 🥁) HPI ! Le petit aujourd’hui en CE2 a un QI de 147.

Jusque là, rien de bien surprenant – sinon je ne vous en parlerais pas. Par contre, j’aimerais attirer votre attention sur le dialogue qu’ils ont avec Gabriel par rapport à cette particularité. Plutôt que de lui dire qu’il allait avoir du mal à se fondre dans le moule, ils lui ont dit de vivre sa différence à fond. Et j’ai trouvé ça génial.

Ecoutez plutôt Frédérique en parler elle-même : « on lui a dit qu’il était différent, qu’il était né comme ça, qu’il avait le droit d’être comme ça. On lui a dit qu’il recontrerait des gens qui ne comprendraient pas cela mais que le but n’était pas qu’il ne soit plus lui-même. Nous serons toujours là pour l’épauler, expliquer cela aux enseignants, directeurs et amis […] On a choisi la carte du dialogue« .

🏫 Sacré Charlemagne !

La douance se détecte souvent à l’école. Pourquoi ? Parce qu’on y est confronté à un système de pensée standardisé qui ne correspond pas au nôtre. Ça peut arriver rapidement (comme Gabriel dont on vient de parler qui a été détecté dès la fin de la maternelle) ou plus tard (de mon côté, c’était au lycée).

L’intérêt de détecter le haut potentiel rapidement est que l’enfant prend connaissance de sa particularité. Il met des mots sur ce sentiment de différence. Et, cerise sur le gâteau, il peut s’adapter.

Malgré tout, se sentir bien à l’école n’est pas toujours évident. Si votre enfant à du mal, pas de panique. Voici quelques solutions :

  • L’inscrire dans des écoles spécialisées. Il y en a plusieurs en France – comme l’école Arborescence à Nantes dont je vous avait parlé dans la Newsletter du 21/09. D’ailleurs, Pierre et Frédérique ont prévu d’envoyer Gabriel dans un collège spécialisé.
  • Aller discuter avec des membres d’associations pour enfants précoces. Ne pas se sentir seul peut faire beaucoup de bien !
  • Trouver des alternatives à la scolarité classique. C’est par exemple ce que propose l’association Zebra Alternative à Marseille.

 

👉🏻 N’oubliez pas que HPI ne rime pas forcément avec difficultés scolaires. De mon côté, malgré certaines difficultés d’adaptation, j’ai globalement toujours eu de (très) bons résultats. Et d’ailleurs, statistiquement, les enfants précoces réussissent mieux à l’école que les autres.

⚖️ La règle ultime : les 3C

[Cette section est réservée aux abonnés]

J’espère que cette newsletter « thématisée » vous a plu. N’hésitez pas à me dire par retour de mail si c’est une bonne idée (ou alors si je dois complètement abandonner).

À ce soir dans l’atelier, et sinon à mardi prochain ! 🥳

Paul

💡 NB : les sources et références sont disponibles pour les personnes inscrites à la newsletter. Pour recevoir les prochaines éditions, cliquez ici.