💡 Ceci est la newsletter du 25/01/22. Pour recevoir les prochaines éditions, cliquez ici.

Sommaire

Temps de lecture : 6 minutes

Ces 10 derniers jours, j’ai reçu un bon paquet de fois la même question : « Coucou Paul, j’ai vu que XXX fait passer des tests de QI en ligne. As-tu un avis dessus ?« . Evidemment que j’ai un avis dessus. Et il n’est pas tendre.

Thème : Les dangers du test de QI

  1. Récap : à quoi sert le test de QI ?
  2. La source des dérives autour de la définition de la douance
  3. L’apparition des tests en ligne payants
  4. Objections autour des tests de QI
  5. Le mot de la fin

C’est parti pour l’email sympa de la semaine 💫

📍 Le point de départ : qu’est-ce qu’un test de QI ?

Pour mieux comprendre toute cette histoire, il faut repartir du début : le test de quotient intellectuel.

Si ça vous intéresse, j’avais fait un méga résumé de toute son histoire dans mon article que le quotient intellectuel. Sinon, voici un récapitulatif :

  • Le but premier de la mesure de l’intelligence était eugénique : on voulait « améliorer » la race humaine en ne sélectionnant que les individus les plus intelligents (ça commence bien hein ?)
  • Ce but est rapidement abandonné, mais l’idée de mesurer l’intelligence persiste. Le premier véritable test de QI voit le jour en France et a pour but de mesurer les performances cognitives des enfants pour les aider à l’école (c’est déjà mieux)
  • On termine par se rendre compte que mesurer le QI pourrait être bénéfique dans plein d’autres secteurs. Résultat : l’échelle de mesure est adaptée aux adultes. C’est le début des tests de QI comme on les connaît aujourd’hui.

 

Aujourd’hui, les tests de QI utilisés en Europe mesurent 4 axes principaux : votre compréhension verbale, votre raisonnement, votre mémoire à court terme, et la vitesse à laquelle vous traitez des informations. Ces 4 axes sont testés via différents petits exercices, appelés subtests. Dans la vidéo ci-dessus sur la WAIS, je vous parle plus en détails de tous les subtests et de la façon dont se déroule le test.

🤷🏻‍♂️ Et les surdoués dans tout ça ?

Le QI se mesure « par rang ». Autrement dit, votre score représente avant tout votre rang (votre position) par rapport au reste de la population. Pour estimer comment sont répartis les QI dans le monde (oui oui, estimer), on utilise la Courbe Normale de Gauss (que vous pourrez retrouver ici). Vu que tout ce qu’on mesure semble la respecter, pourquoi pas les QI après tout ?

Les HPI sont les individus qui se situent à partir de deux écarts-types au-desssus de la moyenne, soit à partir de 130 sur l’échelle de Wechsler (ou 148 chez Cattell). Vous pourrez retrouver toutes les correspondances entre les différentes échelles sur mon article sur la classification du QI.

 

👉🏻 Bref, le test de QI mesure la « puissance » de votre cerveau. Et par définition, les HPI sont uniquement les 2,5% qui ont les cerveaux les plus puissants. Et c’est tout.

💥 Là où ça se complique…

… C’est quand de nombreuses personnalités hyper-médiatisées se sont mises à parler du sujet. Je pense notament à la papesse du secteur : Jeanne-Siaud Facchin avec son livre Trop Intelligent pour Être Heureux, mais on en retrouve plein d’autres.

Pourquoi c’est compliqué ? Parce que ce sont pour la grande majorité des psychologues qui ne se basent que sur leurs échanges avec des patients HPI. Leur échantillon est biaisé.

Selon Wikipedia : « Un échantillon biaisé est un ensemble d’individus d’une population, censé la représenter, mais dont la sélection des individus a introduit un biais qui ne permet alors plus de conclure directement pour l’ensemble de la population« . En gros, on prend un échantillon que l’on veut être représentatif mais qui ne l’est pas (dans notre cas les surdoués) pour en tirer une généralité.

Par exemple, si une psychologue qui se base sur les HPI qu’elle a en consultation vous dit que tous les HPI sont mal dans leur peau, c’est (1) normal et (2) faux.

  1. Normal car tous les HPI qu’elle va voir sont, a priori, mal dans leur peau – sinon ils n’iraient pas la voir.
  2. Faux car, statistiquement, ce n’est pas le cas.

En fait, la psychologue en question pense étudier et se baser sur un échantillon représentatif de tous les surdoués, mais ce n’est pas le cas. Elle ne voit que des « hauts potentiels à problème ». Plein d’autres vont bien et ne sont pas détectés. L’échantillon de son étude est biaisé. CQFD.

 

👉🏻 Bref, on arrive à une définition hyper-médiatisée du HPI comme une personne qui va mal, en souffrance, et pour qui rien ne va. Non pas que ça soit faux (certains surdoués ne vont effectivement pas bien et ont besoin d’aide). Mais cette souffrance n’est pas obligatoirement présente chez tous les zèbres.

😈 Et les dérives arrivent

Nous voici maintenant dans une situation compliquée, le cul entre deux chaises :

  • d’un côté, la « véritable » définition du HPI nous dit qu’il ne s’agit que de personnes avec un cerveau surpuissant
  • de l’autre, on trouve partout (TV, bouquins, etc.) des récits de HPI qui, forcément, vont mal, se sentent seuls, sont anxieux, déprimés, etc. alors que (scientifiquement) ça ne correspond pas du tout à l’ensemble de la population HPI non biaisée

 

C’est dans cette brèche floue et incertaine qu’une grande partie des « tests de QI » disponibles gratuitement et en ligne se positionnent (j’en propose d’ailleurs moi-même plusieurs).

Au fond, la quasi-totalité des surdoués détectés vont mal. Les autres ne le sont (détectés) que dans le cadre de grandes études scientifiques au cours desquelles ont fait passer des tests à une grande partie de la population. Les HPI pour qui tout va bien sont donc détectés « de force ».

Alors, si vous vous posez des questions sur votre potentielle douance, il y a de fortes chances que vous soyez un(e) HPI « à problème », et que donc vous vous reconnaissiez dans les caractéristiques médiatisées discutables. Non ?

 

C’est en tout cas mon point de vue. Et c’est pourquoi je ne trouve pas ça choquant de trouver ces tests (certes peu fiables) qui permettent à des personnes en plein questionnement de s’orienter, de se poser des questions, et de commencer leur voyage en quête de leur identité profonde.

Là où je suis choqué par contre, c’est quand ces tests deviennent payants 😡

 

👉🏻 Bref, le flou entre la définition du HPI et la façon dont ce cerveau surpuissant affecterait la personnalité donne lieu à des dérives où on vous fait payer des sois-disant tests de douance… qui ne sont basés sur rien.

🙋🏻‍♀️ Oui mais…

… Les tests de QI ne mesurent pas vraiment l’intelligence

Et au fond, c’est quoi l’intelligence ? Belle question à laquelle je n’ai pas de réponse précise. En effet, les tests mesurent la « puissance » du cerveau. Après, est-ce que c’est ça l’intelligence ? No idea. De plus, les définitions de l’intelligence varient en fonction des cultures donc les tests ne sont pas valides partout. C’est pour ça que plusieurs tests existent d’ailleurs.

 

… Les tests de QI sont créés par des normopensants

Même si je ne suis pas fan du terme neurotypique (et encore moins normopensant !), c’est une objection bien limitée. A-t-on besoin de rouler plus vite qu’une voiture pour mesurer sa vitesse ? Faut-il être plus lourd qu’un éléphant pour créer la balance en mesure de le peser ? J’ai mes doutes, et je ne vois pas en quoi avoir un cerveau « moins puissant » empêcherait de mesurer la puissance cognitive d’un autre.

 

… Les résultats des tests de QI ne sont pas fiables

C’est à moitié vrai. Les résultats peuvent varier en fonction de certaines conditions dans lesquelles on passe le fameux bilan (fatigue, stress, langue étrangère, etc.). Néanmoins, la variation ne sera pas énorme. Vous pourrez grapiller quelques points en le passant dans de meilleures conditions, mais votre score ne changera pas du tout au tout. Désolé.

 

… Je préfère passer mon test de QI en ligne

Il y a deux problématiques là-dessous. Tout d’abord, il faut que le test se fasse avec un(e) véritable psychologue. N’importe qui ne peut pas interpréter les résultats comme il faut.

Donc en ligne avec un(e) psychologue c’est possible ? Je déconseille fortement, car une partie de la note doit être faite sur l’observation des réactions (ou de l’absence de réactions) du (de la) candidat(e). A moins que vous ayez un véritable studio de télévision pour vos Zoom, j’ai des doutes que cela suffise.

 

… Un test de QI coûte cher

C’est le moins qu’on puisse dire, et il est bien dommage que la Sécu ne s’en mêle pas encore. Néanmoins, le permis de conduire coûte cher aussi. Est-ce que ça vous viendrait à l’idée de regarder la vidéo Youtube du premier guignol « 7 critères qui prouvent que vous êtes un bon conducteur » pour aller conduire votre voiture ? Je ne pense pas.

 

… Ça sert à quoi d’avoir un score de QI ?

À rien, vous avez raison. Mais beaucoup trop de personnes ne vont passer des tests de QI que pour le score final. En fait, les tests sont là pour vous donner une notice de fonctionnement de votre cerveau avant tout (mais on a tendance à l’oublier, et certains « professionnels » peu scrupuleux aussi).

 

👉🏻 Bref, vous trouverez plein de « bonnes » raisons de ne pas faire un test de QI. Mais n’oubliez pas que c’est, à ce jour, le seul moyen de valider ou non la présence d’un haut potentiel intellectuel. Et même s’ils ne sont pas parfaits, ils restent l’outil le plus efficace pour y arriver.

🤼‍♀️ Le véritable combat

En fait, on assiste surtout à une bataille autour de ce qu’est un HPI. S’agit-il de la version « simple » (QI +130) ? Ou alors de quelque chose de plus compliqué ?

Et puis, la notion de haut POTENTIEL ou de SURdoué fait prendre chez certains une tournante supérieure (quasi divine !) à la problématique. Attention là, on frôle les dérives sectaires (coucou les enfants indigos).

Tant que la défition ne sera pas plus harmonisée, on continuera à assister à ces sous-branches de la douance découvertes par des « grands penseurs » du milieu et dont eux seuls peuvent vous tester (moyennant plusieurs centaines d’euros). Et à mon avis, tout n’est pas prêt de s’harmoniser car on joue ici sur un gros besoin de réponse et d’appartenance de personnes un peu perdues qui cherchent à mieux se connaître. Attention. Ne faites pas ça ⚠️

 

👉🏻 Bref, la diversité des définitions autour du HPI a conduit plusieurs « spécialistes » à créer leurs propres tests de QI, dans le but de vous inclure ou non dans leur définition de la douance. En vous y inscrivant (et en sortant votre CB), vous noterez qu’il est précisé que ceux-ci ne représentent pas un véritable test de QI (quelques exemples). Néanmoins, il y a certainement parmi eux des pistes à explorer. Qui sait peut-être qu’on se rendra compte dans quelques décénies qu’ils avaient raison.

Notez bien qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de vous faire tester. Vous êtes évidemment libres de vous orienter vers qui vous voulez.

Cependant, je me dois de vous rappeler que, à ce jour, seul un véritable bilan psychologique réalisé chez un(e) professionnel(le) permet de détecter le haut potentiel intellectuel. Et si besoin, voici quelques contacts que l’on m’a recommandés.

Ce mail avait pour but de vous donner les armes nécessaires pour prendre la décision la plus éclairée possible 💡

 

À la semaine prochaine,

– Tonton Paul

💡 NB : les sources et références sont disponibles pour les personnes inscrites à la newsletter. Pour recevoir les prochaines éditions, cliquez ici.