💡 Ceci est la newsletter du 31/05/22. Pour recevoir les prochaines éditions, cliquez ici.

Mea Culpa : il semble que l’adresse mail de l’ALREP diffusée la semaine dernière ne fonctionne pas… N’hésitez pas à les contacter plutôt par téléphone si besoin. 

 

Sommaire

Temps de lecture : 2 minutes

On continue la newsletter de la semaine dernière spéciale parents de petits zèbres !

Pour rappel, la semaine dernière on avait vu :

  • La détection est primordiale. Ne vous fiez pas qu’à votre « intuition » de HPI
  • Soyez clairs, cohérents et consistants dans les règles à la maison
  • N’hésitez pas à reformuler pour éviter les quiproquos
  • Stimulez la créativité et la curiosité

Aujourd’hui, je m’attaque à l’évolution de l’état psychologique des enfants précoces durant sa scolarité (dont parle beaucoup JSF dans son bouquin).

Thème : Comment aider mon enfant précoce ?

C’est parti pour l’email sympa de la semaine 💫

👩🏽‍🏫 L’école : la grande déception

Imaginez un petit enfant qui entre au CP en étant tout curieux, en sachant plus ou moins déjà lire et en se passionant pour tout. Il est tout excité et se voit déjà apprendre encore plus de choses avec des camarades tout aussi motivés.

Maintenant, imaginez sa déception lorsque, passioné par le Big Bang et les trous noirs, on lui demande… de coller des gomettes. 😨

Pire encore : ses camarades ne vont pas assez vite. Le cours avance trop lentement. Et quand il a la réponse, les profs ne l’interrogent pas parce que « je sais que tu sais, laisse réfléchir les autres un peu« .

L’horreur.

Alors notre petit zèbre se referme sur lui en faisant semblant de ne pas savoir. Il pense en silence. Il s’ennuie et son cerveau part dans tous les sens. Ça l’angoisse. Beaucoup. Il perd confiance.

L’école, c’est vraiment nul.

👨🏻‍🎓 L’adolescence ? C’est tout aussi pourri

L’adolescence, c’est une période charnière où on veut à la fois s’affirmer et rentrer dans un moule.

Mais le HP, lui, ne rentre dans aucun de ces moules. La confiance en soi en reprend un coup.

Et en parallèle on demande de choisir une orientation. À 15 ans, il faut choisir sa section au lycée qui décidera de toute notre vie (en tout cas, c’est ce qu’on nous explique).

À 15 ans, j’avais envie de faire tous les métiers du monde (et aujourd’hui aussi d’ailleurs). Alors comment choisir ?

Choisir, c’est rennoncer. Et il en est hors de question.

L’angoisse devient notre meilleure amie. 😱

🤔 Et donc on fait quoi en tant que parents ?

Le tableau noir que je viens de dresser est celui expliqué par JSF. De mon côté, ce n’était pas du tout aussi marqué… Mais je note une tendance qui correspond quand même.

En tant que parents, vous n’avez pas la main sur la vitesse d’apprentissage en primaire, ou la sociabilisation des adolescents, ou la gestion des orientations scolaires du pays.

Par contre, vous pouvez être présents sur la baisse de la confiance en lui-même de votre zèbre.

Grandir met le bazar dans la tête d’un enfant. Alors soyez sympa et soutenez-le comme vous pouvez !

(et ça, que votre petit(e) soit HPI ou non ! ❤️)

À mardi prochain,

Paul

💡 NB : les sources et références sont disponibles pour les personnes inscrites à la newsletter. Pour recevoir les prochaines éditions, cliquez ici.