💡 Ceci est la newsletter du 31/08/21. Pour recevoir les prochaines éditions, cliquez ici.

[ Bienvenue dans votre meilleure newsletter du mardi ! Demain septembre arrive, c’est la rentrée ! Bon courage à tous 👨🏼‍🏫 ]

 

Au sommaire aujourd’hui :

  1. On ne gagne rien. On ne perd rien ⚖️
  2. En parlant de ça 📞
  3. Un niveau jamais atteint 📉

 

Temps de lecture : 3 minutes

⚖️ On ne gagne rien et on ne perd rien à passer un test de QI

Tadaaam. Après de nombreuses demandes, j’ai (enfin) pris le temps de faire un post sur la façon dont se déroule un test de QI (en l’occurence la WAIS 4).

Ça se passe en 3 étapes :

  1. L’entretien avec le/la psy qui va vous faire passer le test. Le but est d’échanger, de se détendre, et de comprendre les motivations qui vous poussent à vous faire tester.
  2. Le test en lui-même : 10 sous-tests obligatoires + 5 sous-tests facultatifs (selon les besoins donnés lors de l’entretien #1).
  3. Le compte-rendu, au cours duquel vous obtiendrez les résultats de chaque sous-test et votre score global de QI.

 

Passer un test de QI, c’est quelque chose de stressant. Pourquoi ? Eh bien parce qu’on se lance à l’aveugle dans la quête de soi. On cherche des réponses. On veut comprendre d’où vient la différence que l’on ressent.

Passer un test de QI, c’est prendre le risque d’apprendre que l’on n’est pas surdoué(e). Et ça, je sais bien que ça en bloque certains qui ont peur de s’entendre (encore) dire que non, ils ne correspondent pas non plus à cette case. Retenez bien une chose : on ne gagne rien à être surdoué(e), de la même manière qu’on ne perd rien à ne pas l’être. L’essentiel, c’est de savoir qui on est. 🥰

Mais surtout, lorsqu’on passe un test de QI, c’est important de se faire bien accompagner.

📞 En parlant de ça : annuaire de psychologues spécialisés dans la WAIS 4

D’ailleurs, en parlant d’accompagnement aux tests de QI, n’oubliez pas que je suis en train de créer un annuaire de psychologues recommandés pour les zèbres.

Si vous avez récemment passé la WAIS 4, dites moi avec qui c’était ! 👩🏻‍⚕️

Encore une fois, le but est de pouvoir donner une liste de professionnel(le)s francophones en mesure de (1) faire passer des tests de douance et (2) assurer un suivi psychologique pour les surdoués dans le besoin.

Cet annuaire nous sera donc utile à tous 🙌🏻

 

NB : l’annuaire des psys HPI est sorti !

📉 Un niveau jamais atteint : dangers autour du QI

Oui, je parle du Virus-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom. Enfin de son impact (inquiétant !) sur l’intelligence.

Souvenez-vous, dans ma Chronique du 05/07, je vous parlais d’une découverte terrifiante : suite aux confinements, les capacités cognitives d’enfants de CE1 dans l’Allier ont baissé de près de 40%(!!!). La scientifique en charge de l’étude évoquait le fait que cette année enfermée à été « catastrophique à un moment essentiel de plasticité neuronale« .

 

Aujourd’hui, on apprend que ça ne s’arrête pas là. Une étude américaine publiée il y a 2 semaines montre que les bébés nés depuis le début de la pandémie ont perdu en moyenne 22 points de QI et ont perdu en compétences verbales, motrices et cognitives. Ce n’est pas une blague.

Plusieurs raisons sont envisagées :

  • Le niveau de stress des parents qui ont dû jongler avec le travail à la maison et les nourrissons ;
  • La fermeture des centres qui auraient pu accueillir ces nourrissons

Bref, ce sont des bébés qui sont victimes d’une stimulation sensorielle et intellectuelle limitée à un temps crucial de leur croissance.

N’hésitez pas à réagir et à me faire des retours sur mes newsletters ! Je réponds à tout le monde.

Et sinon, pour les plus timides, vous pouvez même le faire de manière anonyme ! 🦹🏽‍♀️

 

À + (dans l’bus 🚌)

(Ouais, je peux être lourd)

 

– Paul

💡 NB : les sources et références sont disponibles pour les personnes inscrites à la newsletter. Pour recevoir les prochaines éditions, cliquez ici.