Vivre avec un zèbre : comment faire ?

 

Aujourd’hui, je vous retrouve pour un article un peu spécial qui arrive dans la suite de mon post sur l’adulte surdoué et les relations amoureuses. Vous avez eu l’occasion de découvrir mon avis au sujet des adultes à haut potentiel et de l’amour. Il s’agissait donc d’un point de vue interne. Pour rendre le tout un peu plus piquant et original, j’ai souhaité avoir un avis externe. Et pour ça, qui de mieux dans mon entourage que mon conjoint, Alex, pour vous raconter son avis sur la douance ?

Ceci est donc son interview, dont le thème est « vivre avec un zèbre ».

Pour toi, c’est quoi un zèbre ? Un surdoué ? Un haut potentiel ?

Alex : C’est quelqu’un qui est singulier, un peu différent. Quelqu’un qui est hypersensible, qui a une vie émotionnelle très chargée. Qui apparemment a une intelligence remarquable, mais qui est aussi parfois un peu détaché de la réalité. Mais aussi qui ne se retrouve pas dans la majorité des gens, dans la foule, dans la norme.

Comment est-ce que le haut potentiel se traduit dans notre quotidien ?

Alex : Bah quand on s’est rencontrés tu ne m’as pas dit que tu étais à haut potentiel, donc ça a été une révélation, une surprise ! Avant de te rencontrer, je pensais que c’était moi qui me faisais des films dans la tête, mais en fait non. Moi, je suis « dans la norme » !

Je pense que tu es quelqu’un qui réfléchit beaucoup et qui, quand même, se fait des films dans la tête. Tu es quelqu’un qui peut stresser assez souvent et qui ne contrôle pas forcément toujours ses émotions. Par exemple – tu l’as déjà raconté – quand moi j’étais stressé pour mes trucs et du coup j’ai annulé notre date dans le restaurant. Peu après en lisant tes articles, j’ai appris qu’une minute plus tard tu pensais que c’était fini et que c’était de ta faute. Donc non, ce n’était pas du tout de ta faute.

Voilà, c’est un exemple mais après je pense qu’il y en a plein. Par exemple, le fait que tu dises qu’il y a des choses qui te font mal, comme les boules quies, ou les coutures des chaussettes. Je m’étonne que certaines autres coutures ne fassent pas mal, comme celles des slips. En fait, il y a des choses, des petites douleurs, qui ne sont pas évidentes pour moi mais qui te dérangent et du coup il faut faire gaffe. Ou le fait que tu as des fois trop chaud ou trop froid alors que j’ai l’impression qu’il fait la même température.

Quels sont les avantages à vivre avec un surdoué ?

Alex : Il y a aussi beaucoup de points positifs ! Tu es bien sûr quelqu’un de très singulier – sinon je ne serais pas intéressé. J’aime bien que tu sois quelqu’un d’émotionnel, même si on ne le voit pas tout de suite. Tu vis les émotions sans forcément les montrer, et c’est quelque chose qui m’a charmé. Tu vis beaucoup d’émotions mais les autres ne les remarquent pas forcément, ou alors ils voient un masque que tu mets parfois. Du coup c’était très intéressant de te démasquer.

Quels sont les inconvénients à vivre avec un haut potentiel ?

Alex : Parfois, on se dit que tu es très capricieux. Parce que le truc de tes chaussettes ou de la température de la pièce, si on n’est pas préparé, on peut voir ça comme égoïste et capricieux. « Ah j’aime pas ci, j’aime pas ça ! ».

Parfois tu stresses sans le dire et du coup je sens que tu es stressé mais je ne comprends pas pourquoi. Bon, là tu le gères de mieux en mieux. Mais avant je pouvais faire ou dire quelque chose qui t’énervait sans que je ne puisse savoir que ça t’a énervé parce que tu ne le disais pas. Il fallait déchiffrer et parfois ne pas te parler pendant un moment le temps que tu digères ce truc. Mais tu ne vas pas forcément dire « ah ça ça m’a énervé ». Non, tu vas rester dans ta bulle.

Le fait que tu es maniaque, je ne sais pas si c’est lié à ça. Tu veux que tout soit bien organisé, tu fais tes tableaux Excel avec des budgets et tout, moi je n’en serais pas capable. Tu es très productif. Après, il y a aussi ta personnalité à toi qui joue sur tout ça. Je ne sais pas si tout est dû au haut potentiel.

As-tu des conseils si l’on prévoit de vivre avec un zèbre ?

Alex : Il faut fuir tout de suite, sinon on tombe amoureux et c’est trop tard ! Plus sérieusement, entrainez votre patience. Ne réagissez pas tout de suite : parfois vous pouvez penser que A c’est A, mais A ça peut être B. Si votre partenaire a l’air stressé(e) (et stressé(e) contre vous !), ce n’est pas forcément le cas. Ne vous fiez pas aux apparences parce que ces gens peuvent paraître capricieux ou hautains, voire difficiles (bon, parfois ils le sont un tout petit peu) mais on s’y fait, on fait avec, on s’y habitue et c’est ce qu’on aime.

Sachez que ce sont des gens très sensibles et fragiles et il faut prendre soin d’eux (comme si c’était des plantes !)