💡 Ceci est la newsletter du 03/08/22. Pour recevoir les prochaines éditions, cliquez ici.

Sommaire

Temps de lecture : 4 minutes

Cette semaine, on va se mettre dans la peau de nombreux parents qui me lisent et qui se demandent si leur enfant ne serait pas un petit zèbre. Comment peut-on le savoir ? Que faire s’il l’est ? S’il ne l’est pas ?

Thème : mon enfant est-il surdoué ?

  1. Les difficultés scolaires peuvent faire penser au HP
  2. Les parents ne sont pas objectifs sur leur enfant
  3. Le test de QI est votre seul ami
  4. Quoi faire si votre enfant est HP
  5. Être zèbre n’est pas une excuse

C’est parti pour l’email sympa de la semaine 💫

🤔 Je pense que mon enfant est surdoué

Depuis quelques temps, votre enfant a des difficultés scolaires. Ça peut être des mauvaises notes, une forme d’insolence vis-à-vis de ses professeurs, un refus de faire ses devoirs, des bavardages incessants, etc. Bref, il a un problème à l’école. Vous voulez l’aider, mais ne savez pas trop quoi faire.

Alors comme tout bon parent, vous avez fait des recherches sur internet… et êtes rapidement tombé sur le haut potentiel intellectuel. Et là : révélation ! Et si votre enfant était surdoué ?

Même si cette option semble sympa, on va voir que ce n’est pas si simple que ça !

🐘 Vous vous trompez sur les enfants précoces

Je ne peux pas continuer cet email sans adresser l’éléphant dans la pièce. Il est normal en tant que parent d’idéaliser son enfant et de vouloir que les difficultés qu’il rencontre ne soient pas « de sa faute ».

Et en plus, l’imaginaire collectif peut parfois biaiser l’image que l’on a des surdoués. « En fait, mon enfant est surdoué. Il est SURdoué, il a un HAUT potentiel. Il est juste trop intelligent, ce n’est pas de sa faute« .

Non, non et non. Le vocabulaire autour du sujet est trompeur et renvoie à cette image de supériorité… alors qu’il ne s’agit que d’un fonctionnement différent. C’est tout le sujet d’un de mes anciens articles sur les noms du HPI.

Plein de choses peuvent expliquer des difficultés scolaires. Le HP en fait partie, mais ce n’est pas la seule option.

En tant que parent, comprenez bien que votre avis et votre idée de votre enfant ne seront pas objectifs. Je ne blâme personne, ce processus est tout ce qu’il y a de plus humain. Mais il est important que vous en ayez conscience.

☝🏻 La seule solution : faire passer un test de QI à son enfant zèbre

En cas de doute, il n’y a qu’une seule et unique chose à faire : aller chez un(e) psychologue, et passer un bilan complet avec test de QI. Voici quelques ressources pour vous aider :

👉🏻 Mon article sur le fonctionnement d’un test de QI. J’y parle de la WAIS. Pour les plus jeunes ce sera la WISC, mais l’idée est très similaire

👉🏻 Mon annuaire de psychologues en mesure de vous faire passer un test de QI. Pour info, je suis en train de re-penser complètement cet annuaire (cf ma demande en début de mail)

 

Plus vous lirez de choses sur internet, plus vous allez vous persuader vous-même de la présence de HP chez votre enfant. Vous allez fermer votre regard à d’autres options… qui pourraient correspondre plus.

 

Vous rencontrerez peut-être deux autres problématiques autour de la passation du test de QI :

  1. Son coût : comptez 2-300€ en moyenne. Et si je ne dis pas de bêtises, il n’est à ce jour pas remboursé par la Sécu.
  2. La peur du résultat. Si votre enfant est « officiellement » surdoué, alors vous vous inquiétez sur la marche à suivre. C’est tout à fait normal, et j’en parle dans le point suivant. Si votre enfant n’est finalement pas surdoué, alors quel est le « problème » ? Il est parfois plus simple de se complaire dans une intuition de réponse, que de l’affronter en face (au risque de réaliser que c’est faux et de devoir recommencer tout le processus de recherche).

🤯 Que faire si mon enfant est haut potentiel intellectuel ?

Ça y est, votre enfant a été détecté zèbre. Maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? Il n’y a pas de réponse qui marche pour tous. Ça va dépendre de chaque enfant. Notez surtout que cette douance n’est qu’un fonctionnement différent. Votre rôle maintenant est de lire cette nouvelle notice pour l’aider à s’épanouir.

Globalement, j’ai tendance à toujours recommander la règle des 3C : Clarté, Cohérence, Consistance. Vous la retrouverez en détails dans cet article.

Si besoin, n’hésitez pas à contacter une association d’aide aux enfants précoces. Il y en a plusieurs en France, avec pour la plupart des antennnes locales. Vous trouverez leurs coordonnées ici.

 

📺 Et enfin, je vous invite chaudement à regarder cette vidéo pas mal faite de Jeanne Siaud-Facchin. Elle y joue une psychologue qui explique à une mère ce que signifie le HP de son fils, et comment l’aider.

Notez bien deux points hyper importants :

  1. La discussion se base (au début du moins) sur les résultats d’un bilan passé par le petit Balthazar. Encore une fois, sans bilan, n’assumez pas que votre enfant est HP.
  2. Comme à son habitude, Jeanne Siaud-Facchin donne pas mal de stéréotypes autour des zèbres. Ça a du bon et du moins bon, et c’était tout le sujet de la newsletter d’il y a deux semaines.

🐘 Le HPI n’est pas une excuse

Je ne peux pas terminer cet email sans adresser (l’autre) éléphant dans la pièce. Votre enfant peut être surdoué, mais ce n’est pas une excuse pour tout tolérer.

« Désolé, mon fils est surdoué. Ce n’est pas sa faute s’il fait des bêtises en classe »

« Ma fille est zèbre, elle est trop intelligente, c’est normal si elle remet la maîtresse à sa place de manière insolente »

Encore une fois : non, non et non. Maitenant que (1) votre enfant à passé son bilan et que (2) vous avez longuement échangé avec le/la psychologue des résultats et du fonctionnement particulier de son cerveau, vous avez les cartes en main pour l’accompagner vers la réussite. Il ne faut pas brandir le score de QI comme un passe-droit qui excuserait certains comportements.

❤️ HPI (ou autre), il est tout à fait possible d’aider votre enfant à s’épanouir. Le tout, c’est de savoir. Savoir ce qu’il se passe, et savoir comment l’accompagner.

Ce n’est ni bon ni mauvais d’être zèbre. C’est juste différent.

 

À mardi,

Paul

💡 NB : les sources et références sont disponibles pour les personnes inscrites à la newsletter. Pour recevoir les prochaines éditions, cliquez ici.