💡 Ceci est la newsletter du 14/09/21. Pour recevoir les prochaines éditions, cliquez ici.

Temps de lecture : 2 minutes

 

Au menu :

  1. Votre nouveau répertoire téléphonique ☎️
  2. À l’attaque des surdoués 🥷🏻
  3. Pour terminer sur une (demi-) bonne nouvelle 🌤

☎️ Votre nouveau répertoire téléphonique

Depuis le temps que j’en parle, j’ai enfin publié l’annuaire des psychologues que vous recommandez !

Vous ne trouvez pas votre contact dedans ? C’est normal ! J’ai dû faire un tri (pardonnez-moi d’avance). En fait, j’ai souhaité garder uniquement les professionnel(le)s en mesure de faire passer un test de QI.

Vous ne trouvez pas votre contact dedans alors qu’il/elle peut faire passer des tests de QI ? Là, j’ai fait une bêtise. Vous pouvez m’en faire part directement par retour de mail ! 🙏🏻

🥷🏻 À l’attaque des surdoués

Depuis quelques mois maintenant, de multiples articles fleurissent au sujet du business des surdoués. Voici les grands méchants selon Capital :

  • Des charlatans et gourous d’internet qui vendent de tout et de rien (mais surtout rien visiblement) ;
  • Des psys (ex : Jeanne Siaud-Facchin ou Monique De Kermadec) qui publient des ribambelles de bouquins dessus, bien encouragés par des éditeurs (Odile Jacob ou Albin Michel notamment) ;
  • Des fournisseurs de tests (ECPA) qui osent vendre des tests de QI « presque aussi juteux que le vaccin Pfizer-BioNTech » aux psychologues ;
  • Encore des psys (des « pros du divan » selon la journaliste) qui se spécialisent dans la douance car « l’affaire est tout de même très lucrative » ;
  • Des écoles privées spécialisées qui ont l’audace de demander plusieurs milliers d’euros de frais de scolarité.

Et j’en passe, car tout le monde en prend pour son grade.

 

Votre avis m’intéresse, car je dois vous avouer que je ne sais pas trop quoi penser de ce genre d’article

D’un côté, je comprends parfaitement la raison qui pousse à les écrire. Il est légitime de se questionner sur les bénéfices d’un business basé sur le mal-être des autres. Et puis c’est vrai qu’en cherchant un peu, on trouve beaucoup de bêtises sur le sujet  venant de personnes aux intentions douteuses. D’ailleurs, je reçois régulièrement des mails de personnes me mettant dans cette catégorie ✌🏻

Mais en même temps (charlatans et gourous à part), n’est-il pas normal que l’économie se déplace en direction des besoins ? On parle de plus en plus des HPI. Cela a un impact énorme sur le nombre de nouvelles personnes détectées. N’est-il pas compréhensible qu’un(e) psychologue décide de proposer des tests de QI ? Qu’une maison d’édition publie des livres sur le sujet ? Que des écoles spécialisées ouvrent ?

 

Bref. Je reste perplexe 🤷🏻‍♂️

Le business des surdoués existe bel et bien. Mais en quoi est-ce une mauvaise chose ? Qu’en pensez-vous ?

🌤 Pour terminer sur une (demi-) bonne nouvelle

Au collège privé Saint-Joseph à Janzé (c’est au sud de Rennes si, comme moi, vous ne connaissiez pas), les profs vont recevoir une formation pour « la gestion des élèves HPI« . Et ça, c’est un super pas en avant !

 

Alors pourquoi est-ce une demi bonne nouvelle ?

(1) Eh bien si vous lisez mon deuxième mot, vous verrez qu’il s’agit d’un collège privé. Former les profs sur les HPI n’est donc pas encore proposé pour tous par notre mère-patrie.

(2) Si vous avez lu l’article de Capital dont j’ai parlé plus haut, vous avez certainement vu l’ouverture proposée à la fin : le business des surdoués va petit à petit arriver sur la formation en entreprise et dans les écoles. On dirait bien que c’est en train de se produire à Janzé. À l’attaque !

Je vous fais un check du coude (spécial distanciation sociale), à mardi ! 😷

Pablo

💡 NB : les sources et références sont disponibles pour les personnes inscrites à la newsletter. Pour recevoir les prochaines éditions, cliquez ici.