💡 Ceci est la newsletter du 27/07/21. Pour recevoir les prochaines éditions, cliquez ici.

[ Bienvenue dans votre meilleure newsletter du mardi où on ne parlera pas de pass sanitaire, de JO ou de catastrophe climatique.

Je suis tout beau, tout bronzé, après des vacances en folie 🔥 ]

 

Thème : La rencontre 👯‍♀️

Temps de lecture : 3 minutes

 

Au menu :

  1. Rencontre avec Sabine, art-thérapeute 🤱🏻
  2. Rencontre entre nous 💃🏻
  3. Rencontre avec Lucille, haut potentiel 🧠

🤱🏻 « On n’est pas un bloc HPI, on est plein de petites parts »

C’est certainement le conseil que j’ai le plus mis en application suite à ma rencontre avec Sabine, art-thérapeute. L’idée, c’est qu’on ne se compose pas d’un seul bloc (Paul), mais de plein de petites parts : Paul rêveur, Paul intellectuel, Paul rebelle, Paul créatif, etc. Et quand ça ne va pas, c’est certainement parce qu’une de ces parts ne se sent pas bien.

Elle a un besoin qui n’est pas rejoint.

Alors maintenant on organise régulièrement des meetings là-haut, dans ma tête, entre tous ces Pauls, histoire de vérifier que tout le monde va bien.

Avec cette gestion pro-active, j’ai l’impression que les montagnes russes émotionnelles ont été bien plus softs. En voilà des vraies vacances ☀️

N’hésitez pas à tenter l’expérience vous aussi – ou carrément à visionner la rencontre entière, Sabine donne plein d’autres supers conseils ! Vous ne le regretterez pas, c’est promis.

💃🏻 You’re the one that I want (hoo hoo hoo)

[Ce sujet est réservé aux lecteurs de la newsletter]

🧠 Le QI ne fait pas le HPI

Eh ouais. Je vous en avais parlé dans ma newsletter du 18 juin. Cette fois, l’idée nous vient de Lucille, HP interviewée par Cosmopolitan. Je retiens 3 choses de son discours :

  1. On peut avoir 145 de QI et ne pas être HPI. La douance, ce n’est pas un score à un test. C’est un fonctionnement, une façon d’être. En fait, elle fait la différence entre être surdoué(e) (avoir un QI élevé) et être HPI (le fonctionnement à part).
  2. Ce n’est pas toujours facile de parler de son haut potentiel car les autres projettent sur nous ce qu’ils pensent qu’est un HP (alors qu’au fond, on est des gens normaux)
  3. Savoir que l’on est haut potentiel, ce n’est pas pour se mettre une étiquette et se sentir différent. C’est pour savoir qui on est et se comprendre. Bam 💥

N’hésitez pas à me faire part de vos retours, je réponds à tout le monde !

On clôture cette newsletter avec une citation de Lucille : « Je suis HP, je suis heureuse de l’être, et je suis bien dans mes baskets » (qu’elle porte très probablement avec des chaussettes à l’envers).

À bientôt avec le 😁

– Paul

NB : les sources et références sont disponibles pour les personnes inscrites à la newsletter.