Les surdoués vivent plus longtemps. Pourquoi le QI est corrélé avec une plus grande longévité ?

 

Et si je vous disais que des scientifiques ont réussi à prouver que l’intelligence est corrélée avec la santé, et globalement avec notre longévité. Vous me croyez ? C’est ce qu’on va voir tout de suite dans la vidéo. Je m’appelle Paul et mon HPI a été détecté il y a plus de dix ans maintenant. Aujourd’hui je partage ce que j’ai appris pour aider les petits nouveaux à aller mieux.

NB : cet article est la transcription de la vidéo ci-dessus.

Études sur le lien entre santé et intelligence : Scottish Mental Survey 1932 & 1947

Alors aujourd’hui je vais vous parler de deux études – enfin c’est la même qui a été faite deux fois. C’est la Scottish Mental Survey qui a été faite en 1932 et en 1947. Qu’est-ce que c’est ? Je vous la simplifie parce qu’il y a eu quelques petites variations entre les deux. En gros on a pris plusieurs milliers d’enfants qui avaient plus ou moins 11 ans. On leur a fait passer un test de QI. Ensuite, 40 ans plus tard (donc quand il avait environ 50 ans), on leur a fait passer un des tests cardiaques. Et ensuite, encore 30 ans plus tard (vers 80 ans) on les a retrouvés pour voir où ils en étaient dans la vie.

Est-ce que le QI rend en meilleure santé ?

L’idée c’était de voir qui était en vie et qui était mort, de quoi il était mort, et quand il était mort. Ils ont réussi à retrouver 80 % des participants. 20% ont été perdus soit parce qu’ils sont partis à l’étranger, qu’ils se sont mariés, qu’ils ont changé de nom, etc. bref, ils ont perdu 20 % des participants en cours de route. Qu’ont-ils trouvé ? Franchement c’est assez fou. Accrochez-vous un peu parce que je vais parler technique.

Haut potentiel intellectuel et meilleure santé

Ça c’est la répartition du QI. Vous commencez à la connaître maintenant.  Je vais parler de « déviation standard ». C’est quand on va d’une catégorie à l’autre, donc de plus ou moins 15 points. Par exemple les déviations standards là elles sont schématisées avec les pointillés. Quand on va d’une colonne à une autre, on fait plus ou moins une déviation standard.

Les HPI ont moins de cancers

Ce qu’ils ont trouvé, c’est qu’à chaque fois qu’on descend d’une déviation on augmente sa « chance » de mourir d’un cancer. Chez les hommes on l’augmente de 27% et pour les femmes de 40%. C’est fou quand même. Ça veut dire que à chaque fois qu’on perd 15 points de QI, on augmente de 27 ou 40% notre risque de mourir d’un cancer.

qu'à chaque fois qu'on descend d'une déviation on augmente sa "chance" de mourir d'un cancer

Le zèbre a une plus grande longévité

Toujours dans la descente d’une déviation standard, à chaque fois qu’on perd une déviation on augmente notre « chance » de 17% de mourir dans les 25 années après notre étude cardiaque. En gros, à chaque fois qu’on perd 15 points de QI, on augmente de 17% notre « chance » de mourir entre 50 et 75 ans.

Le surdoué fume moins

Maintenant si je reviens sur cette étude cardiaque qui a été faite quand ils avaient environ 50 ans, ils ont remarqué que les personnes qui fument ont un QI plus bas que celles qui ne fument pas. Surtout, ce qu’ils ont remarqué, c’est que le QI n’est pas associé avec le début de la cigarette. C’est à dire que tout le monde – indifféremment du score de QI – a commencé à fumer. Enfin il n’y avait pas plus de nouveaux fumeurs parmi les QI bas que parmi les QI hauts. Ce qu’il se passe c’est que, plus on a un QI élevé, à chaque fois qu’on monte d’une déviation, on 33% de chances de plus d’arrêter de fumer. Le QI n’est pas associé avec le début de la cigarette, mais avec l’arrêt de la cigarette.

les personnes qui fument ont un QI plus bas que celles qui ne fument pas

Le QI prédit les comportements de santé

Alors pourquoi il y a toutes ces choses avec la santé et le QI ? Déjà on sait que le quotient intellectuel est corrélée à une classe sociale plus élevée. Ce sera le sujet d’une autre vidéo. Plus en a un QI élevé, plus on s’ouvre, plus on se renseigne sur le monde, et plus haut on monte les échelons sociaux. Surtout, plus on a une classe sociale élevée, plus on a tendance à faire attention à notre corps et à notre santé.  On fait plus de prévention et on a moins de comportements à risque pour la santé – comme par exemple la cigarette. Tous ces comportements de santé réduisent le taux de mortalité. En fait le QI est un prédicateur de comportements de santé, mais ce n’est pas le QI qui fait la santé en lui-même.

Les limites de la recherche

Maintenant je vais tempérer un peu tout ça. On a vu que l’intelligence joue un rôle dans les comportements de santé et que cela a eu une influence. En gros on a une meilleure santé. Mais pour autant la chaîne de cause à effet n’est pas hyper claire. Par exemple dans l’étude de 1947 ils ont fait passer (en plus) aux participants une sorte de note d’indépendance, un test de fiabilité/ On leur a fait des entretiens, et globalement ils ont vu que ces notes étaient corrélées aux tests de quotient intellectuel. Du coup ces notes étaient aussi corrélées à une meilleure santé. Mais à ce moment-là qui fait quoi ? Est-ce que c’est la note d’indépendance qui a fait la meilleure santé ? Est-ce que c’est le QI ? Est-ce qu’il n’y aurait pas d’autres choses qu’on n’a pas encore trouvées qui vont influer là-dessus ? On ne sait pas pour le moment.

Est-ce que c'est la note d'indépendance qui a fait la meilleure santé

Conclusion

Donc encore une fois aujourd’hui la recherche est incomplète. Je voulais juste vous parler des débuts parce que j’ai trouvé ça très intéressant – et que je ne m’y attendais pas vraiment ! En tout cas j’ai hâte de voir de nouvelles recherches. Dès que ça arrive, bien évidemment, je vous tiendrai au courant dans la chronique que je fais chaque chaque mardi. J’envoie un mail gratuit à ceux qui le souhaitent. Dans ce mail je parle de l’actualité du haut potentiel et de l’hypersensibilité et je donne des techniques pratiques pour vivre tout ça au mieux. Donc n’hésitez pas à nous rejoindre. On est une communauté de plusieurs milliers et vous verrez c’est super sympa.

À la prochaine !